29.9 C
Dzaoudzi
lundi 26 février 2024
AccueilorangeL’appel de la colère pour créer un comité d’aide aux victimes

L’appel de la colère pour créer un comité d’aide aux victimes

La ville de Sada
Un comité qui serait installé Sada mais concernerait tout le département

Trois mois de travail et de mobilisation. Les membres du «Collectif de Citoyens vigilants et révoltés» ont décidé de se battre pour défendre les droits des victimes. Ils veulent monter un comité départemental et comptent bien faire aboutir leur démarche avant l’anniversaire de la départementalisation. Ils en font un symbole.

«Depuis toujours, les Mahorais ont voulu rester Français pour rester libres, dans une République qui protège ses habitants, leur religion, leur identité, leur sécurité. Et alors que les lois protègent les citoyens, nous avons des bandits qui veulent nous soumettre à d’autres lois et ça, c’est intolérable», explique Foumo Silahi, le président de l’association.

Son objectif est donc de mettre en place un comité départemental d’aide aux victimes, sur le modèle de ce qui existe ailleurs en France. «La solitude des personnes victimes des coupeurs de routes, d’agressions, de cambriolages, de viols, d’occupations illégales… de toutes les formes de délinquance n’est plus supportable. C’est un manque de respect», explique-t-il. «Jusqu’à présent, on a l’impression que les victimes sont considérées comme les animaux qui sont percutés par les voitures sur la route. On les pousse sur le côté pour pouvoir passer et on ne s’occupe pas d’eux. Ce n’est plus possible. Les autorités doivent être avec nous. Il ne faut pas attendre que nous soyons tous morts pour réagir».

Les suivis qui font défaut

La colère de Foumo monte depuis que certains de ses proches ont été, eux-mêmes, victimes des coupeurs de routes. «J’ai un cousin qui a été hospitalisé et qui a dû partir en métropole se faire soigner. Aujourd’hui, sa mère est en difficulté. Ses enfants ne vont pas bien. La famille n’a pas été assistée par un psychologue, personne ne leur a rendu visite pour savoir comment ils vont», explique Foumo. «La cellule familiale, la solidarité nous a servi de suivi psychologique. Les prières collectives nous ont aidé a parlé et exprimer ce que nous ressentons. Mais nous avons aussi besoin de professionnels expérimentés qui nous épaulent».

LogoLa mise en place de cette structure départementale d’aide aux victimes doit concerner tous les aspects auxquels sont confrontés ceux qui ont subi personnellement un événement traumatisant mais aussi leurs proches. Suivi médical, psychologique, accompagnement administratif, compensation financière, garantie des droits mais aussi reconnaissance d’un accident de travail, autant d’appuis qui font défaut actuellement à Mayotte.

«Notre objectif est aussi de faire en sorte que ceux qui ont perdu leur voiture ou leurs papiers puissent bénéficier de démarches allégées et qu’ils soient prioritaires face à l’administration.»

Une société civile impliquée

Le collectif a déjà été accueilli en préfecture et a reçu un écho favorable à sa démarche. Et ce mercredi, Foumo Silahi fait un pas de plus vers la constitution de ce comité d’aide aux victimes en lançant un appel* à tous ceux qui se sentent concernés. «Nous voulons installer ce comité à Sada mais il concerne tout le département. Nous avons besoin de témoignages et que ceux qui se sentent isolés viennent prendre la parole et partagent ce qu’ils ressentent, qu’ils soient directement concernés ou simplement terrorisés face à ces événements», explique-t-il.

Foumo sait que prendre la parole pour exprimer ce «ras-le-bol général» est déjà un premier pas pour tous ceux qui doivent reconstruire leur vie après un événement difficile. La démarche est importante et montre, une fois encore, l’émergence d’une société civile impliquée dans tous les aspects d’un quotidien qu’elle veut, plus que jamais, prendre en main. Pour que les Mahorais soient les acteurs en responsabilité de leur vie.

RR
www.jdm2021.alter6.com

*civirevos@gmail.com ou 0639 10 80 31

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139120
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139120
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139120
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139120
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139120
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139120
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...