27.9 C
Dzaoudzi
lundi 27 mai 2024
AccueilEconomieLe souvenir du goût de la vanille

Le souvenir du goût de la vanille

La maigre production locale de vanille protégée... pour l'instant
La maigre production locale de vanille protégée… pour l’instant

Plus de 260 euros le kilo. Le prix de la vanille relevé sur les marchés de Mayotte par la DAAF* bat tous les records. Fin janvier, la vanille a même flambé de plus de 40 euros par kilo en une seule semaine. «Avec de tels prix, on parle de la vanille de qualité. On peut encore trouver une vanille à 150 euro/kilo, mais elle est rare et elle est à peine sèche… On sait qu’elle va moisir dans le placard», explique Dominique Didelot, responsable du service informations économiques de la DAAF.

Ce n’est pas la météo actuelle exceptionnellement sèche qui est à l’origine d’une envolée des prix qui est en réalité mondiale, avec des causes à trouver du côté de nos voisins malgaches.

Madagascar est en effet le premier producteur mondial : 80% de la vanille consommée dans le monde provient de la Grande Île. Depuis deux ans, des évolutions claires ont été identifiées: tout d’abord, une production toujours plus abondante.

Après 1.500 tonnes exportées en 2015, ce sont 2.000 tonnes de vanille malgache qui devraient être exportées cette année. L’Europe et l’Amérique du nord sont traditionnellement les deux principaux marchés qui captent respectivement la moitié et un tiers des flux. Mais l’Asie en général et la Chine en particulier deviennent de gros acheteurs. Et ces nouveaux venus réorientent vers eux, une part toujours plus importante des exportations.

Trafic et argent sale

Autre tendance actuelle, l’explosion des cours de la vanille qui sont passés de 65 euros le kilo en 2014 à 205 euros en 2015. «Les prix à Mayotte ont fini par se caler sur l’évolution des prix mondiaux», constate Dominique Didelot… Et encore, nous sommes bien loin des 400 euros par kilo, les prix exorbitants qui prévalent actuellement sur les marchés mondiaux.

VanilleLa cause: de l’argent sale que la production de vanille malgache permettrait de blanchir. Le trafic de bois de rose dont l’exportation est pourtant interdite, génère de telles sommes, qu’il favoriserait le gonflement artificiel des prix de la vanille. Une partie de l’argent des trafics réintégrerait ainsi les circuits officiels.

Une qualité qui s’écroule

Cette situation a une conséquence inattendue: la très nette baisse de la qualité de la vanille malgache, avec un taux de vanilline historiquement faible. Les petits producteurs malgaches qui peuvent gagner beaucoup d’argent craignent un effondrement des cours. Ils accélèrent donc les processus de production. Les gousses ont été récoltées bien avant qu’elles n’arrivent à maturité en 2015 et plus encore en 2016… alors que la qualité des arômes se développe en fin de cycle.

L’autre motif qui pousse les cultivateurs à vendre trop vite leurs gousses est l’insécurité. Crainte de vols sur les plantations, rondes nocturnes, règlement de comptes, justice populaire… La sérénité n’est plus de mise dans certaines campagnes malgaches.

La Vanille de Mayotte n’en profite pas

Et la vanille de Mayotte ? Pourquoi ne reprend-elle pas toute sa place sur nos étals alors que la production malgache part vers d’autres destinations? Elle a, en plus, la réputation d’être parmi les meilleures du monde, avec un taux de vanilline très élevé. Mais la production s’est effondrée ces dernières années. «On en produit de moins en moins et nous ne sommes pas optimistes, malgré les prix qui devraient inciter à relancer la production», explique Dominique Didelot.

Notre problème est simple : nous n’avons quasiment plus de producteurs et les jeunes continuent de se détourner de la vanille. La crise est encore pire que celle que connaît l’ylang. «On a beau mettre des aides, si les producteurs n’ont pas la volonté de se sauver eux-mêmes, on est foutu !» remarque Dominique Didelot.

Echec de la structuration de la filière

Il pointe ici l’échec que fut un appel à projets pour structurer la filière. Il y avait pourtant des montagnes de financements européens à la clé (PDR). «On a essayé de convaincre les groupements de producteurs de déposer des dossiers. Nous n’avons rien reçu. Rien n’a été déposé… On pourrait pourtant imaginer des techniciens à plein temps pour (re)lancer un label… Mais il faut que les acteurs se prennent en main. On ne peut pas obliger un homme à boire s’il n’a pas soif.»

Cette période qui combine des prix élevés et une production malgache de piètre qualité est pourtant le moment idéal pour faire émerger rapidement une filière à Mayotte… Avant qu’il ne soit trop tard. Car, ailleurs dans le monde, la vanille aiguise les appétits. L’Inde, l’Indonésie, le Mexique, la Papouasie-Nouvelle Guinée se préparent à investir le marché mondial. De quoi faire retomber les prix et défier Madagascar. Si rien ne se passe localement, il ne serait pas étonnant de voir de la vanille indonésienne ou papoue dans les années à venir sur les marchés de Mayotte.

RR
www.jdm2021.alter6.com

*DAAF: Direction de l’agriculture, de l’alimentation et de la forêt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139116
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139116
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139116
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139116
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139116
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139116
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...