27.9 C
Dzaoudzi
dimanche 26 mai 2024
AccueilorangeDécasages : Le temps de la prévention

Décasages : Le temps de la prévention

Code pénalSaisie par le « Collectif pour la défense et la protection de la population de Poroani », la maire de Chirongui avait adressé un courrier plutôt vif aux personnes suspectées d’héberger des étrangers en situation irrégulière dont nous nous étions fait l’écho.

Il faut dire que le Collectif, dont nous nous sommes procuré le courrier daté du 22 janvier, avait pris le soin de dresser la liste des personnes susceptibles d’héberger des personnes en situation irrégulière dans le village de Poroani, évoquant « un retour massif de ces personnes dans notre localité. » En l’absence de réaction de la maire, ils informent qu’ils vont reprendre « dans les jours à venir, les actions menées au mois de mars dernier. Nous refusons catégoriquement les inscriptions sauvages des enfants dont les parents sont clandestins. »

Le même schéma et le même procédé qui a conduit une propriétaire “délogeuse” devant le tribunal la semaine dernière. La pression du collectif incite à des opérations de quasi-lynchage.

« Une situation apaisée »

Extrait d'un courrier adressé par la mairie de Chirongui à des habitants du village de Poroani
Extrait d’un courrier adressé par la mairie de Chirongui à des habitants du village de Poroani

Face à la fronde, Roukia Lahadji a donc adressé des courriers aux 28 personnes concernées, dont un conseiller municipal, leur demandant de « prendre des mesures », c’est à dire d’arrêter de loger ces personnes, et rappelant les peines encourues pour Aide à l’entrée et au séjour de personnes en situation irrégulière, « 5 ans de prison et une amende de 30.000 euros. »

Nous avons contacté la maire sur cette pression de ses administrés : « Le courrier envoyé aux personnes concernées avait comme objectif de calmer les esprits, je ne voulais pas que des actions reprennent. Et de fait, il n’y a pas eu de décasages le week-end dernier, la situation s’est apaisée grâce à cette démarche. J’ai ensuite saisi le procureur le 14 février. Je suis en attente de sa réponse. »

Communiquer auprès des Collectifs et des personnes en situation irrégulière

L’heure est à la communication. Tout d’abord, sur les risques encourus. S’il est vrai que la loi prévoit bien les sanctions annoncées par la maire, il faut pouvoir prouver que l’hébergement est soumis à contrepartie, notamment financière. Et elles sont nulles, s’il s’agit d’un secours à un membre de la famille, ou un accueil destiné à proposer des conditions de vie digne. Un ensemble d’éléments que les plaignants doivent fournir précisément au procureur s’ils veulent voir se matérialiser une action publique.

Nous avons contacté le parquet. Mais nous tombons dans un entre-deux, Joël Garrigue n’étant plus sur le territoire, et Camille Miansoni venant à peine d’arriver, pour une prise de fonction officielle le 3 avril. Le vice-procureur Philippe Léonardo n’avait pas d’information sur cette affaire, « la maire doit aussi contacter la préfecture », nous expliquait-il.

Une patate chaude que ces risques de reprise de « décasages » à Mayotte… Que personne ne veut garder en main.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139520
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139520
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139520
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139520
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139520
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139520
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...