26.9 C
Dzaoudzi
samedi 24 février 2024
AccueiljusticeAffaire TV Mafoumbouni/ J.-M. Henry: «Pas de prise illégale d’intérêts au moment...

Affaire TV Mafoumbouni/ J.-M. Henry: «Pas de prise illégale d’intérêts au moment des faits»

Jacques-Martial Henry
Jacques-Martial Henry revient sur l’évolution de l’article de loi

En s’en tenant à la version actuelle de la loi, Jacques-Martial Henry aurait pu être accusé de prise illégale d’intérêt pour avoir, dans les 3 ans, été recruté par une entreprise, MCG en l’occurrence, en faveur de laquelle il a participé en tant qu’élu à l’attribution d’une Délégation de service publique (DSP), la gestion du port de Longoni.

L’avocat de TV Mafoumbouni avait alors suggéré dans sa plaidoierie qu’il aurait pu s’agir de prise illégale d’intérêt, que dénonce l’article 432-13 du code pénal.

Mais cette mise en cause d’un « membre d’une autorité administrative indépendante ou d’une autorité publique indépendante, titulaire d’une fonction exécutive locale, fonctionnaire, militaire ou agent d’une administration publique », notée dans la version du 20 janvier 2017, n’existait pas lors de la passation de la DSP du port le 3 juillet 2013, avance Me Jorion, avocat du chargé de mission de MCG. Or, l’extension des mis en cause aux “titulaires d’une fonction exécutive locale” daterait du 11 octobre 2013. Reste à savoir si Jacques Martial Henry a été recruté postérieurement à cette date ou pas.

La précédente version, explique Jacques-Martial Henry dans un communiqué (Lire Communiqué de Jacques Martial HENRY), est plus clémente, puisqu’elle indexe un « fonctionnaire ou un agent d’une administration publique », (voir les versions ci-dessous), « ce que Jacques-Martial Henry n’était pas », invoque-t-il, « or, la loi pénale n’est jamais rétroactive ».

Il rajoute qu’aucune infraction n’étant susceptible de lui être imputée, “il n’hésitera pas à poursuivre en diffamation tous ceux qui tentent de salir son honneur.”

A.P-L.
Le Journal de Mayotte

Version en vigueur le 3 juillet 2013 (date de signature de la DSP)

Paragraphe 3 : De la prise illégale d’intérêts

Article 432-13
Est puni de deux ans d’emprisonnement et de 30 000 Euros d’amende le fait, par une personne ayant été chargée, en tant que fonctionnaire ou agent d’une administration publique, dans le cadre des fonctions qu’elle a effectivement exercées, soit d’assurer la surveillance ou le contrôle d’une entreprise privée, soit de conclure des contrats de toute nature avec une entreprise privée ou de formuler un avis sur de tels contrats, soit de proposer directement à l’autorité compétente des décisions relatives à des opérations réalisées par une entreprise privée ou de formuler un avis sur de telles décisions, de prendre ou de recevoir une participation par travail, conseil ou capitaux dans l’une de ces entreprises avant l’expiration d’un délai de trois ans suivant la cessation de ces fonctions.

Version du 11 octobre 2013

L’article 432-13 du code pénal tel que modifié par l’article 28 de la loi n° 2013-907 du 11 octobre 2013 puis par l’article 3 de la loi n° 2016-483 du 20 avril 2016 étend l’infraction, à trois catégories jusque-là épargnées : membre du Gouvernement, titulaire d’une fonction exécutive locale et militaire

Version en vigueur depuis le 20 janvier 2017

Paragraphe 3 : De la prise illégale d’intérêts

Article 432-13
Est puni de trois ans d’emprisonnement et d’une amende de 200 000 €, dont le montant peut être porté au double du produit tiré de l’infraction, le fait, par une personne ayant été chargée, en tant que membre du Gouvernement, membre d’une autorité administrative indépendante ou d’une autorité publique indépendante, titulaire d’une fonction exécutive locale, fonctionnaire, militaire ou agent d’une administration publique, dans le cadre des fonctions qu’elle a effectivement exercées, soit d’assurer la surveillance ou le contrôle d’une entreprise privée, soit de conclure des contrats de toute nature avec une entreprise privée ou de formuler un avis sur de tels contrats, soit de proposer directement à l’autorité compétente des décisions relatives à des opérations réalisées par une entreprise privée ou de formuler un avis sur de telles décisions, de prendre ou de recevoir une participation par travail, conseil ou capitaux dans l’une de ces entreprises avant l’expiration d’un délai de trois ans suivant la cessation de ces fonctions.

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139522
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139522
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139522
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139522
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139522
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139522
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...