27.9 C
Dzaoudzi
mercredi 28 février 2024
AccueilEducationLycée de Chirongui: Une intersyndicale SNES-CGT appelle les enseignants à exercer leur...

Lycée de Chirongui: Une intersyndicale SNES-CGT appelle les enseignants à exercer leur droit de retrait

Lycée de Chirongui
Le lycée de Chirongui

Alors que pour certains syndicats, les motifs de tensions se multiplient dans l’Education nationale en cette fin d’année scolaire, une intersyndicale CGT-SNES appelle les personnels à exercer leur droit de retrait au lycée polyvalent Tani Malandi de Chirongui. Il ne s’agit pas de répondre à une urgence particulière, comme le veut généralement l’usage pour ce type d’action, mais de dénoncer l’état général de l’établissement qui, selon les syndicats, fait courir des risques multiples aux élèves et aux personnels.

Dans un communiqué diffusé ce dimanche, les syndicats disent «non à la résignation et au fatalisme».
«Cela fait des années que la situation est connue mais aujourd’hui, plus que jamais, nos organisations ont le devoir de dénoncer vigoureusement l’état d’insalubrité de cet établissement dans lequel les conditions de mise en œuvre du droit de retrait sont pleinement réunies», estiment-ils.

La longue liste des «risques»

Et les syndicats de lister les très nombreux risques qui se sont accumulés au fil du temps au sein de l’établissement. Ce sont d’abord ceux «liés aux chutes de hauteur (à travers le plancher) ou de plain-pied (entorses multiples) notamment en raison de planchers, glissants, troués et/ou en voie de putréfaction suite à l’humidité provoquée par la mauvaise isolation des algécos construits à l’origine pour une utilisation provisoire». Il y a ensuite, les risques d’électrocution «car l’eau dégouline régulièrement sur les installations électriques (site du LGT); de plus, la cour et les ateliers de la SEP sont régulièrement inondés avec des équipements électriques dans l’eau».

Le lycée de Chirongui
Le lycée de Chirongui, un ensemble d’algécos qui vieillit mal, selon les syndicats

L’intersyndicale liste encore des risques d’inhalation de vapeurs toxiques «dûs à l’absence de rangements spécifiques et pour le stockage des produits dangereux des ateliers (acétone, diluant, acide, colle, vernis…)», d’autres liés aux émanations «suite à la construction sur zone non dépolluée», à la «non-conformité de nombreuses machines, dispositif de sécurité défectueux, poussière de bois (SEP)», mais aussi des risques «d’inondation et de submersion en raison de la situation particulière du lycée situé en zone inondable» ou encore «de blessures et de maladies graves suite à un défaut persistant de conformité des installations et des bâtiments de l’établissement avec les normes de sécurité (SEP)».

Les syndicats pointent enfin l’absence d’une alarme incendie fonctionnelle sur le site du lycée général.

Un retrait pour alerter

Alors que les organisations syndicales reconnaissent que «cette situation n’est pas récente», le SNES et la CGT y voient l’occasion de saluer «la grande responsabilité et (le) grand dévouement» des personnels. «Il est inacceptable de continuer ainsi», expliquent-ils, considérant que toutes ces raisons permettent d’exercer «légitimement» leur droit de retrait.

Le climat politique général actuel mais aussi des enjeux propres aux syndicats et aux instances de l’Education nationale jouent incontestablement à plein actuellement dans cette dénonciation. Néanmoins, «dans l’intérêt des usagers et des agents du lycée Tani Malandi», la volonté des syndicats «d’alerter les autorités concernées» semble bel et bien justifiée. La méthode est peut-être discutable mais nombreux sont ceux qui justifient régulièrement ce type de coup face au mutisme des instances. Cette fois-ci, il s’agit donc bien de conduire le vice-rectorat «à prendre des décisions susceptibles de remédier à ces graves atteintes aux conditions de travail et à ces menaces sur la santé de tous, personnels comme usagers».

RR
www.jdm2021.alter6.com

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139118
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139118
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139118
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139118
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139118
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139118
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...