29.9 C
Dzaoudzi
mardi 16 avril 2024
Accueilorange« Le kwassa pêche peu, il ramène du Comorien ! »... La...

« Le kwassa pêche peu, il ramène du Comorien ! »… La blague douteuse du président Macron

Capture d'écran Macron kwassaUne blague de mauvais goût de l’avis de tous les médias nationaux qui relayent massivement l’écart de langage du président de la République. Des médias qui se souviennent tout à coup que ces embarcations existent et qu’elles peuvent faire naufrage. Qui ont habituellement peu d’écho au national.

Replaçons la phrase dans le contexte. Emmanuel Macron est accueilli jeudi au Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage atlantique (CROSS) d’Etel dans le Morbihan. Son interlocuteur, un gradé de la Marine nationale qui a manifestement entendu parler de cette partie ouest de l’océan Indien qu’est l’archipel des Comores, évoque d’abord les « tapouilles » (bateaux brésiliens), puis les kwassas-kwassas. « Non c’est à Mayotte les kwassas kwassas », rétorque le président, avant de rajouter en s’esclaffant, « mais le kwassa kwassa pêche peu, il amène du Comorien, c’est différent ! » La scène a été repérée par l’émission “Quotidien”.

Un bateau assimilé à l’immigration

Emmanuel Macron à Mayotte le 25 mars dernier
Emmanuel Macron à Mayotte le 25 mars dernier

Le kwassa est un bateau sommaire où les migrants comoriens s’entassent pour rejoindre Mayotte depuis l’île d’Anjouan.

Dans le tweet du journal Le Parisien, l’extrait vidéo est suivi d’un résumé des derniers naufrages. Un parallèle qui fait plonger à coup sûr dans l’indignation. Les arrivées de kwassas sont quasiment quotidiennes et se concluent heureusement rarement par un naufrage.

Si les propos sont condamnables, c’est plutôt par l’utilisation à ce moment là de l’article « du » dans la bouche d’un président de la République, comme s’il s’agissait de marchandise, « du Comorien », comme on aurait dit « du manioc ». Outre que cette assimilation nie la misère humaine qui pousse à l’immigration, elle banalise le fait migratoire, tant on peut se demander si l’Etat français compte prendre un jour des mesures pour y remédier. Ce dérapage verbal l’y incitera-il ?

Plus qu’une blague de mauvais goût, c’est une faute que vient de commettre Emmanuel Macron qui ne pouvait pas ignorer qu’il était filmé.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139514
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139514
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139514
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139514
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139514
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139514
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...