27.9 C
Dzaoudzi
mercredi 28 février 2024
AccueiljusticeQuand la drogue tourne la tête des policiers

Quand la drogue tourne la tête des policiers

Les collègues des policiers venus en soutien
Les collègues des policiers venus en soutien

Le « coup d’achat », technique qui consiste pour les policiers à se faire passer pour un acheteur, peut vite déraper vers une organisation de trafic, c’est ce qui transpirait de l’affaire du GIR. Celle qui amenait à la barre du tribunal correctionel les policiers de la BAC (Brigade Anti-Criminalité) de nuit, sentait a priori la même odeur de souffre.

Procès verbal d’interpellation trafiqué, modification des plaques d’immatriculation d’un véhicule, destruction d’un téléphone portable… des faits graves, voire explosifs. Et le tout, sans couverture du parquet. Il s’agit en réalité de « pieds nickelés embrouilleurs », comme les jugera le procureur.

L’interpellation remonte à janvier 2015. Quelques mois auparavant, lors d’un banal contrôle routier, un taximan appelle les policiers à l’indulgence, « je peux vous rencarder sur des trafiquants de stup », explique-t-il aux policiers, tel que le rapporte Renan*. à la barre. Quelques mois plus tard, c’est parti : « Il nous appelle à 19h en nous informant qu’un individu détenait 1kg de bangué (résine de cannabis) sur lui, et pouvait nous en procurer 9kg. Trop tard pour aviser la hiérarchie, nous l’interpellons dans la foulée, à 20h50, en prétextant un banal contrôle routier. »

Une alcoolique qui shoote

Plusieurs habitants de Chiconi membre du collectif, venu en soutien
Une salle d’audience pleine ce mercredi

Cette opération en roue libre va être fatale aux deux policiers. Une collègue qui est avec eux, et devait être jugée mais ne sera finalement entendue que comme témoin assisté, effectue une palpation du trafiquant (bien que de sexe opposé, interdit par la loi), et récupère son téléphone portable. Elle rapatrie le véhicule, mais a un accident en heurtant un muret. Ils appellent leur centre opérationnel pour obtenir une dépanneuse.

Mais pendant que l’informateur est mis à l’abri au commissariat annexe, il va falloir justifier la garde à vue du dealer. Et là, c’est de la broderie sur mesure. « Nous avons expliqué être tombés sur les stupéfiant au cours d’un banal contrôle routier », indiquant une fausse plaque d’immatriculation. Puis, pris de remords, ils avouent à leur supérieure hiérarchique la vérité. « Elle nous demande de rédiger 2 Procès Verbaux avec les deux versions », sans doute pour couvrir sa responsabilité vis à vis du parquet, hypothèse émise par le président Sabatier.

Quant à savoir pourquoi ils n’ont pas prévenu leur hiérarchie de l’opération, on apprendra vite la raison : « Elle était alcoolique, plus souvent dans les bars que sur le terrain. Et elle shootait toutes les affaires délicates ! », explique Renan.

L’affaire sort du commissariat

Le procureur Camille Miansoni
Le procureur Camille Miansoni évoquait une procédure condamnée car “hors cadre”

L’autre policier, Ali* exerce depuis 14 ans à la BAC, c’est un passionné, avec des état de service élogieux, tant sur son efficacité que sur ses liens avec ses collègues. « Mais depuis 2 ans que cette affaire est arrivée, c’est le cauchemar. Mon seul objectif était de mettre hors d’état de nuire un dealer. J’ai fait une grosse bêtise, je le reconnais. » C’est la 1ère fois que les deux policiers participent à une telle opération, « j’ai appris le terme ‘coup d’achat’ par les  déplorait médias », confie-t-il.

Fait aggravant, lorsqu’ils récupèrent le téléphone des mains de leur collègue, ils vont le jeter à l’eau, prés de la barge, et balancent la puce sur un chemin, « pour être cohérents avec le mensonge du PV de départ. »

Reste à savoir pour le juge Sabatier, pourquoi cette affaire est sortie des 4 murs du Commissariat. Et nous allons de surprises en surprises : « Ce que je vais dire ne va pas plaire à tout le monde », murmure Ali en lançant un regard en coin craintif au procureur Camille Miansoni.

La police ridiculisée

« J’avais rédigé un PV sur une affaire de chimique, dans un style rédactionnel direct qui ne plaisait pas à mes collègues. Qui me demandent de le modifier. Le procureur Joël Garrigue me fait la même demande par écrit, que nous avons versée à la procédure. Mais quand je me justifie auprès de lui, le procureur reconnaît que mes collègues l’ont induit en erreur. » De retour au commissariat, où l’ambiance était alors très tendue, il rapporte que le commissaire Miziniak lui assène : « Vous venez de ridiculiser la police. » Qui contacte le procureur, qui téléphone à l’Inspection des services, qui mettra à jour cette affaire.

Le procureur Miansoni déplorait « une triste affaire », « nous nous servons des PV comme d’une base pour prendre nos décisions. Or, là, on bidouille, on trafique, avec des motifs hasardeux. » Malgré le mea culpa des prévenus, il estime qu’ils ne se remettent pas suffisamment en cause. Sans charge particulièrement virulente, excepté sur le sujet d’une responsabilité du parquet « le procureur aurait utilisé un procédé tordu pour avoir la peau d’un OPJ ?! », il évoque « une procédure condamnée », car montée « hors cadre procédural. »

« L’enquête est le cœur de votre métier, Mayotte a besoin de sa police, et sans tomber dans l’exception du style ‘mais à Mayotte, c’est comme ça !’ Il faut tendre vers une normalité. On peut tolérer une erreur, pas un faux. »

Il requiert 6 mois d’emprisonnement avec sursis pour chacun, ainsi que l’interdiction d’exercer dans la police pendant 3 ans.

Une affaire dont les institutions ne sortent pas grandies.

Le délibéré sera rendu le 12 juillet.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

*Prénoms modifiés

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139521
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139521
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139521
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139521
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139521
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139521
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...