27.9 C
Dzaoudzi
jeudi 22 février 2024
AccueilorangeNouvelle action du Collectif de Mayotte devant la préfecture

Nouvelle action du Collectif de Mayotte devant la préfecture

La circulation de la rue de la préfecture a été ralentie le temps pour les manifestantes de se faire entendre.
La circulation de la rue de la préfecture a été ralentie ce mercredi le temps pour les manifestantes de se faire entendre.

La police a dû faire barrage ce mercredi matin lors d’une nouvelle action menée devant le service des étrangers de la préfecture.
Une vingtaine de femmes s’est rassemblée devant les grilles du bâtiment en début de matinée avant de s’asseoir face aux boucliers des policiers. “Il s’agissait de sécuriser l’endroit pour assurer la continuité du service”, explique une source policière qui précise qu’une autre entrée a été ouverte, et que les demandeurs qui étaient déjà entrés ont été reçus pendant que l’action se menait à l’extérieur.

Le face à face a duré quelques dizaines de minutes -de 20 à 45 selon les estimations recueillies sur place- avant que le groupe de bouénis se mette en marche vers le CHM. Là elles se sont séparées en deux groupe, un qui est descendu par la rue de-la-Pompe, l’autre qui est resté stationné au carrefour devant les urgences. Leur intention affichée étant de mener “différentes actions dans Mamoudzou pendant la journée”.
Maela, qui se présente comme “la créatrice du mouvement” explique vouloir la suppression de la feuille de route franco-comorienne. ” Elle est différée, donc elle peut revenir à tout moment. Là ils donnent des titres de séjour sans connaître les personnes, moi quand je vais aux Comores, je paie un visa. Ils savent où je suis et où je vais.”

La foule lors de la réouverture du service des étrangers ce mardi
La foule lors de la réouverture du service des étrangers ce mardi

La chef de file du mouvement exprime aussi sa peur. “J’ai fait partir mes quatre enfants de Mayotte car on a subi trop d’agressions” déplore-t-elle, justifiant ainsi son souhait de paraître à visage couvert. “Tôt ou tard, ça va créer de vrais mouvements, les gens sont en colère”.
Une colère palpable, tant par la méfiance des manifestants envers la presse, que par les invectives ( “Dégage”) de certains d’entre eux envers des passants.

Une colère que la police de son côté accompagne sans confrontation, en suivant les manifestantes dans leurs pérégrinations sans mettre d’huile sur le feu. “Ce n’est pas le but” sourit un fonctionnaire.

Y.D.

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139522
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139522
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139522
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139522
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139522
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139522
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...