26.9 C
Dzaoudzi
vendredi 23 février 2024
AccueilorangeDeux maires Mahorais frappent aux portes des ministères à Paris

Deux maires Mahorais frappent aux portes des ministères à Paris

Hellen a provoqué la chute d'une maison en bord de plage à Acoua
Le cyclone Hellen au large de Mayotte avait provoqué la chute d’une maison en bord de plage à Acoua

Une délégation de la commune d’Acoua, conduite par le 1er Adjoint au Maire de la commune Soibaha Chaka, était reçu ce mercredi 4 octobre à Matignon, et sera au ministère de la Cohésion des territoires et au ministère des Outre-mer lundi 9 octobre.

Les représentants de la commune du nord de l’île sont à Paris dans le cadre du congrès de l’Association Nationale des Elus Chargés du Sport, pour défendre les projets qu’ils qualifient d’ « ambitieux », portés par la municipalité. « A l’occasion de ces différentes rencontres, les élus de la commune vont poursuivre à Paris le dialogue constructif déjà engagé localement avec les services de l’Etat. »

Après une longue période de déficit, la municipalité d’Acoua a engagé de nombreuses réformes structurelles ayant conduit au rétablissement de ses équilibres budgétaires. Il en est ainsi de la nouvelle organisation administrative de la commune adoptée le 11 décembre 2016, et traduite par des Eléments programmatiques de l’action communale. Qui permet aujourd’hui à la commune d’avoir une orientation politique claire en matière de développement.

Regroupement des établissements scolaires, plateau sportif ou marché couvert sont ainsi programmés et financés. Et d’autres dossiers sont à l’ordre du jour, qu’ils partent défendre dans les ministères.

Des actions se sécurisation plus que d’embellissement

Ericka Bareigts visite l'école maternelle d'Acoua
Ericka Bareigts visite l’école maternelle d’Acoua

L’aménagement du front de mer par exemple, dont l’objectif est de sécuriser le littoral communal, durablement endommagé par le passage du cyclone Hellen en 2014. « Sans aménagement, un évènement climatique proche d’Irma ou de Kamissy ayant ravagé Mayotte en 1984 mettrait cette commune à terre ».

Ou bien encore le lycée d’Acoua, programmé par l’Education nationale à l’horizon 2023-2025, bloqué pour l’instant par la loi Littoral, « pour redonner à la Cité du Nord son ancienne vocation de collège ». La construction de logements également dans le quartier Marouvatou, pour reloger des habitants qui subissent actuellement en front de mer les assauts des vagues lors de fortes houles.

Un centre culturel, une bibliothèque municipale, la rénovation de la MJC qui a pu débuter « grâce à la réserve parlementaire du sénateur Thani Mohamed Soilihi, la couverture du plateau sportif d’Acoua « pour renforcer la réussite éducative et l’épanouissement des jeunes par le sport », la mise en place d’une opération pilote de l’ANRU au profit du quartier Tsimtouhi « qui présente des conditions de vie particulièrement difficiles », l’assainissement du village de Mtsangadoua, un chantier arrêté en 2007 et qui pose aujourd’hui de sérieux problèmes de santé publique », la création d’une couveuse agricole, et l’équipement de la Police municipale et des ASVP.

Les caisses sont vides

Anchya Bamana dans la cour pavée du ministère de l'Intérieur
Anchya Bamana dans la cour pavée du ministère de l’Intérieur

Anchya Bamana, la maire de Sada, a foulé elle aussi les moquettes épaisses et les planchers cirés des ministères des Sports, de l’Intérieur et des Outre-mer. Avant tout pour « faire découvrir la réalité de cette île qu’ils ne connaissent pas », « nous ne demandons pas le luxe, juste permettre à ce territoire d’accéder à des équipements de base respectant les règles du droit commun ».

Ce sera là encore, des écoles aux normes, avec « des classes à 25 et non à 35 », « des vrais réfectoires (et non des préaux) pour asseoir une politique de restauration scolaire digne de ce nom, des crèches pour faire garder nos enfants en toute sécurité et ainsi lutter contre le travail irrégulier, des équipements sportifs aux normes pour mieux encadrer la jeunesse et espérer un jour organiser les jeux des îles sur notre département etc. »

L’élue n’a pas l’air démotivée par la réponse qui lui est faite « les lignes budgétaires sont supprimées », un écueil qu’une action collective permettrait certainement d’endiguer.

« Les Mahorais ne haïssent personne »

En bonne politicienne, Anchya Bamana ne pouvait pas oublier la feuille de route Franco-comorienne lorsqu’elle était aux ministères des Outre-Mer ou encore à l’Intérieur. En prêchant en faveur d’une libre circulation des ressortissants étrangers ayant eu des titres de séjour à Mayotte sur le territoire national, « la France laisse couler Mayotte sous l’immigration irrégulière ces dernières années (…) la situation est explosive ».

Explosive parce que la densité croissante incite à l’intolérance, soutient-elle en critiquant les commentaires sur les réseaux sociaux « disant que ‘les mahorais  sont racistes, ou n’aiment pas leurs voisins…’, je tiens à leur rappeler qu’il n’y a pas plus accueillants que les Mahorais. Pour preuve, à Mayotte il y a des villages dans lesquels on parle “malgache”, il y a des villages dans lesquels on parle “anjouanais”, il  y a des villages dans lesquels on parle “grand comorien”… Cette spécificité n’est retrouvée nulle part ailleurs dans la région. Les Mahorais ne haïssent personne, mais que chaque territoire accepte et respecte son destin politique. Que les responsables politiques comoriens cessent de prendre en otage leur population…

Elle cite la conseillère Bichara Payet qui a appelé à « changer de méthode » : « Peu importe nos étiquettes politiques, nous devons apprendre à se concerter en préalable sur toutes les questions concernant l’avenir de notre territoire. Cela manque terriblement. Je le vis au quotidien au sein de l’association des Maires. Mais encore une fois, je reste optimiste qu’un jour nous y arriverons! »

A.P-L.
Lejournaldemayotte.com

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139515
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139515
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139515
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139515
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139515
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139515
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...