28.9 C
Dzaoudzi
dimanche 3 mars 2024
AccueilorangeDes titres de séjour "délivrés avec une grande parcimonie"

Des titres de séjour “délivrés avec une grande parcimonie”

La boîte aux lettres de la préfecture s'est découvert une vocation musicale
La boîte aux lettres de la préfecture s’est découvert une vocation musicale

On peut dire que les pouvoirs publics ont pris du temps, ce mardi matin, pour écouter et répondre au Collectif des associations, dont le Codim et les femmes leader, qui avait demandé à être reçu. Pendant près d’une heure et demie, la dizaine de membres d’associations diverses a donc été reçue par le directeur de cabinet de la préfecture Etienne Guillet, le procureur Camille Miansoni et le colonel Leclercq de la gendarmerie.
A l’extérieur, un petit comité de soutien jouait du tambour, parfois sur la boîte aux lettres de la préfecture “car c’est là que les étrangers déposent leur courrier” ou sur le capot du pick-up des militants. Le problème avec les immigrés selon les femmes à l’extérieur ? “Ils viennent exprès pour causer des problèmes, leur gouvernement les envoie pour nous torturer” exprime une femme.
Il ne sera pas possible d’avoir davantage de réactions des manifestants. Un des membres reçus en préfecture glisse avoir émis “des propositions” au directeur de cabinet du préfet, avant de se raviser. “Ma femme ne veut pas que je parle”.
Plus loin, devant la grille, une autre femme taquine un policier. “On va venir vous chatouiller, vous verrez c’est excitant”. A la fois espiègle et méfiante, l’atmosphère restait bon enfant.
Sur le contenu de l’heure et demie de réunion, c’est Etienne Guillet qui en dira le plus. “Ils ont posé plusieurs questions essentiellement liées à l’immigration clandestine, sur les chiffres des cartes de séjour, les moyens de l’Etat affectés à la lutte contre l’immigration clandestine. Cela a été une discussion longue et intense.”
Interpellé sur les régularisations de sans-papiers, le haut fonctionnaire leur a simplement explique que “les régularisations sont encadrées par la Loi, on applique donc la loi. Si on refuse un titre de séjour, il faut avoir des raisons. On est très vigilants, on distribue les titres de séjour avec parcimonie à certaines personnes qui rassemblent les critères.”

Le “dir-cab” confirme avoir reçu un certain nombre de propositions et de demandes du Collectif, mais “rien qui puisse vraiment être mis en oeuvre. Je leur ai par contre proposé de participer aux Assises de l’Outre-Mer puisque c’est public.”

Si les militants sont ressortis montrant une certaine déception (Faoudzia Korjee a quant à elle quitté la réunion au bout de 30 minutes “écoeurée de répéter toujours la même chose”), les échanges ont été “utiles” selon la préfecture.

Le sous-préfet Etienne Guillet
Le sous-préfet Etienne Guillet

“Il est toujours utile de dialoguer, l’Etat est à l’écoute de la population, poursuit Etienne Guillet.” Interrogé sur les éventuelles suites que pourrait donner le Collectif à ces échanges, ” L’enjeu était aussi de rappeler qu’on est dans une société de droit. Quelle que soit la situation, on appliquera le droit ” explique-t-il.

Reste un point sur lequel les membres présents ont obtenu des réponses précises, c’est sur les chiffres de régularisations, qui sont en baisse constante et rapide à Mayotte. La préfecture enregistre de moins en moins de nouvelles demandes de titres de séjour, et elles sont aussi de moins en moins accordées. Ainsi en 2015, 17 000 dossiers de première demande avaient été déposés, contre 12 000 en 2016 et à peine 7900 au 31 août dernier pour 2017.

“Quand vous avez plus de refus, c’est que les services de l’Etat font leur boulot de vérification et de lutte contre la fraude” conclut le sous-préfet.

Y.D.

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139522
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139522
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139522
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139522
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139522
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139522
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...