26.9 C
Dzaoudzi
vendredi 23 février 2024
AccueilOcéan IndienA la Sacem, un nouveau directeur et des défis majeurs

A la Sacem, un nouveau directeur et des défis majeurs

Patrick Mathieu et son successeur Pierre Schott
Patrick Mathieu et son successeur Pierre Schott

« Personne ne vit de sa musique à Mayotte », déplorait la chanteuse Saandati dans nos colonnes l’année dernière. C’est à la Sacem¹, société coopérative “fondée par des artistes et pour les artistes” selon son directeur sortant Patrick Mathieu, de rémunérer les auteurs-compositeurs lorsque leurs créations sont diffusées quelque-part, que ce soit à la radio, dans l’avion ou lors d’une soirée dans un bar par exemple. La Sacem collecte des droits auprès des diffuseurs en fonction de leur diffusion -un coiffeur qui passe la radio dans son enseigne ne reverse pas les mêmes droits qu’une radio nationale par exemple- et en reverse 85% aux artistes. Les 15% restants étant ponctionnés en frais de gestion.
A Mayotte, cet organisme s’installe, lentement mais sûrement. D’abord en raison de sa jeunesse. “La Sacem a 160 ans, on est à la Réunion depuis 40 ans et à Mayotte depuis à peine 7 ou 8 ans” relativise M. Mathieu qui ne rougit pas du chemin parcouru. A Mayotte, la coopérative compte une soixantaine de sociétaires, et reverse quelque 40 000€ à ses artistes adhérents chaque année. C’est 25% de plus qu’en 2015. “Ça monte régulièrement quand on fait des permanences” explique le responsable, qui quitte l’Océan Indien fin décembre, pour une nouvelle vie en métropole. Toutefois des freins récurrents ont freiné la mission du directeur sortant. “Ça ne rentre pas dans les mœurs du jour au lendemain” explique-t-il. Pour que les artistes fassent les démarches et paient 150€ (une cotisation valable à vie, et jusqu’à 70 ans après la mort de l’auteur), encore faut-il qu’ils aient conscience de l’intérêt que la Sacem représente pour eux. “Une première étape vers la professionnalisation, lorsqu’ils touchent leur premier cachet, c’est souvent pour acheter une nouvelle guitare, du matériel.” D’autant qu’avec “la chute des ventes de disques, les droits d’auteurs deviennent une source de revenus de plus en plus importante dans la vie d’un artiste.”

Plus de permanences pour se faire connaître ici

Ensuite, le sortant regrette ce qu’il interprète comme une absence de “volonté politique forte” en faveur des artistes de Mayotte. En témoigne selon lui l’absence de salle de spectacle, de studio de répétition ou de centre de ressource. Des lacunes qui font de Mayotte une exception française.

Son successeur qui prendra ses fonctions au 1er janvier s’appelle Pierre Schott et arrive tout droit d’Alsace. Sa grande mission sera de poursuivre ce travail, pour faire connaître la Sacem, glaner des inscriptions afin que les auteurs mahorais soient rémunérés.

“Le défi sera d’augmenter nos permanences pour être davantage présents sur l’île”, projette le nouveau responsable régional qui, basé à Saint-Denis à la Réunion, ne peut gérer les artistes Mahorais que de loin. “Dans le meilleur des mondes, nous aurions une permanence à Mayotte, mais ce n’est pas pour tout de suite.”
En attendant, il compte “travailler à une synergie avec les collectivités territoriales, car on manque ici de structuration.”

¹ https://www.sacem.fr/

Y.D.

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139513
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139513
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139513
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139513
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139513
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139513
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...