26.9 C
Dzaoudzi
jeudi 23 mai 2024
AccueilorangeFavoriser le retour des cerveaux à Mayotte

Favoriser le retour des cerveaux à Mayotte

Parce que « l’attractivité de Mayotte commence aux portes de Paris », comme le résume le sénateur Thani Mohamed Soilihi, le conseil départemental et la Protection Judiciaire des Mineurs (PJJ) ont démarché les Mahorais de métropole.

Les organisateurs de ces rencontres du 4 octobre à Paris ont profité de l’énergie impulsée par l’élection d’un nouveau délégué de la Maison de Mayotte à Paris, Mohamed Zoubert.

Une délégation qui fonctionnait au ralenti selon le vice-président du conseil départemental Issa Issa Abdou, « lorsqu’on leur demandait de contacter les mahorais de métropole, et alors qu’ils sont censé assurer un suivi, ils répondaient ‘on ne sait pas !’ ». Un problème quand on sait que la politique sociale du Département est engagée aussi en Hexagone, notamment sur les compléments de Bourses ou sur l’aide financière de rapatriement des corps lors des décès.

« L’objectif était de rencontrer les lanceurs d’alerte que sont les présidents d’associations pour leur faire découvrir le réservoir d’emplois dans le social à Mayotte, mais aussi à la PJJ », décrypte Issa Abdou pour le JDM, « car il faut que l’Etat mahorise aussi ses services ». Et les statistiques de l’INSEE le prouvent chaque année, on assiste à une fuite des cerveaux de Mahorais vers la métropole ou La Réunion. Il faut donc inciter ces diplômés à prendre le chemin du retour, quelques élus sont en quelque sorte partis faire une « danse du ventre » pour qu’ils rentrent au pays !

La petite salle de la Maison de Mayotte à Paris affichait complet

La salle était « bondée », avec une vingtaine de représentants d’associations. La ministre des outre-mer était représentée, « quatre personnes œuvrant dans le social », ainsi que la député mahoraise Ramlati Ali qui avait envoyé une collaboratrice, ainsi que le sénateur Thani Mohamed Soilihi.

Une action qui veut fixer les compétences à Mayotte, « elle vient en complément de notre travail à l’Institut Régional du Travail Social, qui forme depuis deux ans des travailleurs sociaux mahorais, l’équivalent de ce qui se fait avec les infirmiers à l’IFSI, et de ce que sera, je l’espère, le chantier d’une année de prépa médecine au CUFR ».

Anne Perzo-Lafond
Lejournaldemayotte.com

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139522
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139522
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139522
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139522
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139522
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139522
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...