23.9 C
Dzaoudzi
mercredi 24 juillet 2024
AccueilorangeService des étrangers : « Ne mordons pas une main qui nous...

Service des étrangers : « Ne mordons pas une main qui nous est tendue », en appelle la maire de Chirongui

A son tour, Hanima Ibrahima Jouwaou appelle « au dialogue et à la concertation » alors que les manifestantes comptent perturber l’ouverture du Service des étrangers de la préfecture. Et l’élue tente la pédagogie, sur le mode de Saïd Omar Oili.

Alors que le parvis du Service des Migrations et de l’Intégration de la préfecture de Mayotte a été libéré en vue d’une ouverture initialement prévue ce jeudi, repoussée à vendredi, les manifestantes n’ont pas désarmé et restent positionnées aux abords, comptant toujours en perturber l’activité, et se revendiquant du combat de leurs aïeules.

La maire de Chirongui, Hanima Ibrahima Jouwaou, dans une position proche de celle du président de l’association des maires de Mayotte, Saïd Omar Oili, appelle à ne pas se « tromper de combat ». Si celui que mènent « nos mamans » vise à « faire garantir la sécurité d’un territoire », elle met en garde, « en durcissant nos positions, c’est nous-mêmes que nous pénalisons ».

L’élue vise l’absence de traitement des dossiers des demandeurs d’asile, les contraignant à « rester sur le territoire », mais aussi celui des reconduites à la frontière. Et la mobilisation des forces de l’ordre sur ce blocage, plutôt que sur « des actions de lutte contre l’immigration clandestine », le tout nuisant aux « efforts de restauration de l’attractivité de notre île ».

Pour Hanima Ibrahima, la « position légitime » des manifestantes doit se traduire dans « le dialogue et la concertation », « d’autant plus dans un contexte où Mayotte est enfin entendue », avec la prise en compte de nos « spécificités », « la dérogation du droit du sol proposée par le Sénateur Thani, Vice-Président du Sénat, en est un symbole fort ».

Ne pas « déstabiliser notre Etat »

Le bureau des étrangers a retrouvé ses drapeaux français !

Des preuves de cette écoute, elle en donne : « Dans quel département un sous-préfet est dédié à cette question ? Dans quel département les effectifs des forces de l’ordre ont été renforcés aussi vite avec déjà plus de 40 gendarmes supplémentaires depuis 2017, des projets de création de brigades à Koungou et Dembeni ? Récemment un dispositif dédié, le GELIC, a été créé pour lutter efficacement contre le travail illégal et les marchands de sommeil, les moyens nautiques se modernisent (intercepteurs, radars) et seront renforcés dès novembre par deux nouveaux intercepteurs. »

Évoquant l’évolution positive de la situation, « des reconduites ont d’ores et déjà eu lieu », « le préfet s’est engagé à ce qu’aucun nouvel arrivant ne soit régularisé », et à ce qu’il n’y ait plus « d’attroupements » devant la préfecture dans le cadre d’une « ouverture partielle du service », la maire de Chirongui en appelle à la raison, « ne mordons pas une main qui nous est tendue ».

Et revient sur le contexte de « négociation musclée avec un gouvernement comorien de moins en moins légitime » qui nécessite de ne pas « déstabiliser notre Etat », sous peine de « fragiliser notre propre cohésion sociale », « nous décrédibilisons le combat dont nous héritons de nos mères ».

Hanima Ibrahima appelle enfin à faire « front commun avec l’Etat », et à « faire notre part dans la lutte contre l’immigration clandestine ». (Lire Communiqué de presse du Maire de Chirongui)

A.P-L.
Lejournaldemayotte.com

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139511
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139511
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139511
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139511
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139511
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139511
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...