22.9 C
Dzaoudzi
jeudi 18 juillet 2024
AccueilOcéan IndienAnjouan, entre révolte et coup d’Etat

Anjouan, entre révolte et coup d’Etat

« La situation reste confuse », nous expliquait encore hier au soir un confrère depuis Mustamudu, la capitale de l’île d’Anjouan. L’Histoire incite à penser qu’il pourrait s’agir d’autre chose que d’une simple rébellion

Depuis la nuit de dimanche à lundi où des coups de feu ont été entendus, la capitale d’Anjouan Mutsamudu semble isolée. Les forces de l’ordre comoriennes seraient intervenues en ouvrant le feu pour libérer les routes des barricades érigées un peu partout.

Des portraits à l’effigie du président Azali Assoumani seraient brûlés, dénonçant une évolution du pays vers la dictature. Un écrivain suspecté d’avoir pris part au coup d’Etat avorté en août, Saïd Ahmed Saïd Tourqui, dit « Sast », est incarcéré depuis. L’ancien président des Comores, l’anjouanais Abdallah Sambi est assigné à résidence surveillée à Moroni (Grande Comore) « en vue de préserver l’ordre et la sécurité publics », lui avait-on signifié.

Le contexte incite à penser qu’Anjouan ne veut pas laisser passer une présidence qui est en train de lui échapper. Tous les 5 ans en effet, elle revient à une des trois îles à l’issue de primaires. Après le grand-comorien Azali Assoumani, c’est donc à Anjouan que vient le tour, pour un scrutin prévu en 2021. Un système censé protéger l’Union contre l’instabilité des coups d’Etat à répétition. Mais ses dirigeants ont du mal à rester dans les clous. Le président actuel a décidé de changer la donne, encore plus profondément que ne l’avait tenté avant lui Sambi, qui était parvenu à prolonger d’un an son mandat.

Un air de déjà vu

Les routes avaient été barrées par des pierres et des carcasses de voitures ©habarizacomores

Azali Assoumani, lui, n’a pas fait les choses à moitié en supprimant la Cour Constitutionnelle, et en instaurant la possibilité pour une île de bénéficier deux fois de suite de la tournante. Il a prévu des élections anticipées en 2019.

Selon nos informations, la population reste terrée chez elle, en particulier les ressortissants français.

Des évènements qui ressemblent à ceux de l’année 1997 pour ceux qui les ont vécus, année où une partie de la population d’Anjouan, ils étaient 7.000, avait décrété l’indépendance vis à vis des Comores, en brandissant une photo de Jacques Chirac et en hissant un drapeau tricolore devant l’ancien palais du gouverneur à Mutsamudu. Mohéli avait suivi quelques jours plus tard.

Mais il est encore trop tôt pour dessiner l’avenir de ce mouvement, « quelques jeunes manipulés par des hommes politiques », comme le soutient le gouvernement comorien, ou une révolte plus profonde ?

Anne Perzo-Lafond
Lejournaldemayotte.com

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139522
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139522
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139522
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139522
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139522
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139522
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...