27.9 C
Dzaoudzi
dimanche 26 mai 2024
AccueilOcéan IndienLe président Macron promet la fermeté tandis que les gilets jaunes s’organisent

Le président Macron promet la fermeté tandis que les gilets jaunes s’organisent

A l’occasion de son discours au Congrès des maires de France, Emmanuel Macron s’est exprimé sur la situation à La Réunion, notamment sur les menaces de mort contre Didier Robert. En parallèle les gilets jaunes qui ont à nouveau boudé la réunion avec le Préfet Amaury de Saint-Quentin, s’organisent pour rédiger une plateforme de revendications.

Il aura fallu 5 jours de blocages et 4 nuits d’émeutes pour que le président de la République réagisse à la crise que traverse le département voisin. Si pour les Mahorais, il aura fallu attendre plusieurs longues semaines pour voir débarquer la Ministre des Outre-mer, La Réunion semble avoir un traitement de faveur : des renforts de gendarmerie en masse, une première mesure significative de gel sur 3 ans de la taxation des carburants et un président de la République qui consacre deux tweets à la situation.

La ligne du gouvernement semble claire, tout comme l’avait indiqué la Ministre des Outre-mer Annick Girardin en début de semaine, l’ordre doit être rétabli avant toute chose.
« Ce qui se passe depuis samedi à La Réunion est grave (…) Nous avons mis les moyens et nous allons continuer à les mettre pour assurer l’ordre public. » s’est ainsi exprimé Emmanuel Macron avant de poursuivre sans pour autant être précis dans les réponses au mouvement : « beaucoup de problèmes s’agrègent autour des manifestations (…) Ce sont des problèmes qui existent depuis longtemps, qui sont aussi des problèmes sociaux liés à certains quartiers. Il y a la réponse de fond et dans la durée à cette problématique. »

Lors d’un discours en soirée devant les maires, le président de la République révélait que le président de Région , Didier Robert avait subi des menaces: “Je veux dire tout le soutien de la Nation au président de l’exécutif de la Région Réunion. Il a été menacé de mort, sa famille aussi. Et je ne peux pas accepter que dans un territoire de la République quelque élu que ce soit subisse de telles pressions, ça ce n’est pas la République !”,

Dans un communiqué de presse, la Préfecture de La Réunion a fait savoir que 108 personnes ont été interpellées depuis le début du mouvement. Certaines ont été jugées en comparution immédiate et des peines exemplaires ont été prononcées à l’encontre des émeutiers : des peines de prison ferme avec mandat de dépôt sont quasi-systématiquement prononcées, à l’instar de ces deux frères impliqués dans le saccage de plusieurs magasins qui ont écopé de 6 mois de prison avec mandat de dépôt et 6000 euros d’amende.

Les gilets jaunes s’organisent

Gilet Jaune en vue dans les véhicules

Depuis samedi, on dénombre par ailleurs 16 policiers et 14 gendarmes blessés. Après plus d’une soixantaine de gendarmes arrivés en renfort, dont un escadron Serval spécialisé dans les interventions en situation de crise, les policiers ont obtenu des renforts : 25 agents de la BAC et de la CDI arrivent.
Pour autant, la mobilisation des gilets jaunes ne faiblit pas. Ces derniers refusent tout amalgame avec les violences nocturnes et mettent un point d’honneur à s’assurer du soutien de la population. Mercredi en fin de journée une rencontre entre une délégation de gilets jaunes et le Préfet était prévue à 18 heures. Mais au moment venu, les gilets jaunes amassés devant la grille de la Préfecture ont annoncé vouloir être reçus en totalité – ils étaient environ 200… Ils ont ensuite annoncé vouloir rédiger une plateforme de revendications et vouloir se structurer avant d’entamer des négociations. Le chemin des négociations s’annonce donc long et difficile.

Ce jeudi matin, les barrages étaient à nouveau érigés sur les routes du département, on en dénombrait comme les jours précédent un peu moins d’une trentaine. En parallèle la nuit de mercredi à jeudi a été relativement calme après quatre nuits successives d’émeutes, des heurts ont toutefois éclatés à Saint-André, Bras Panon et des incendies ont été recensés à Sainte-Marie ou encore Cilaos mais le chef-lieu de Saint-Denis a été épargné.

MC

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139511
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139511
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139511
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139511
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139511
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139511
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...