30.9 C
Dzaoudzi
mercredi 17 avril 2024
AccueilorangeLes pompiers de Mayotte en mutation vers le référentiel national

Les pompiers de Mayotte en mutation vers le référentiel national

En 2019, le Service Départemental d’Incendie et de Secours de Mayotte devra travailler sur les recommandations de la Chambre Régionale des Comptes, et se doter de son cadre de travail avec le SDACR. Mais les pompiers, c’est avant tout une histoire d’homme, rappelait Moinécha Soumaila, leur présidente.

Formant une seule ligne bleue-marine barrée d’un trait rouge, les pompiers de la caserne de Mamoudzou recevaient les vœux de la présidente du conseil d’administration du Service Départemental d’Incendie et de Secours (SDIS). Un métier qui est avant tout une histoire d’homme, faisait ressortir Moinécha Soumaila, « j’investis dans la relation ».

Une relation qu’elle tisse d’abord avec le nouveau directeur du SDIS, le colonel Fabrice Terrien, « dans des échanges sans tabou, de franchise », et elle n’oubliera pas celui qui a assuré pendant 6 mois l’interim de la direction, le lieutenant-colonel Robert. Mais une relation investie dans le dialogue social également, avec la mise en place réglementaire du CHSCT, et le vœu de « conditions de sérénité » et de « respect des parties ».

Des pompiers qui ont été mis à rude épreuve en 2018. D’abord par la mobilisation de février-mars, peu évoquée par la conseillère, qui mentionnait que « l’évolution du Service s’est trouvé freinée », et pour laquelle le préfet Dominique Sorain félicitait la « mobilisation exceptionnelle du SDIS pendant les barrages, assurant la continuité du service public ». Puis par l’essaim de séismes, « qui a mis les moyens du SDIS en effervescence », à ses débuts, rappelait Moinécha Soumaila.

Un ensemble d’évènements qui ont quelque peu retardé la construction du nouvel Etat-major à Kawéni, dont les clefs viennent d’être remises, et les premiers coups de pelle du nouveau centre de Pamandzi.

Une contribution de 300.000€ du CHM

Moinécha Soumaila, Dominique Sorain et Fabrice Terrien ne manquaient pas de vœux pour 2019

Une actualité qui a motivé davantage d’intervention en 2018, 1.000 de plus, soit 14.630 au total, dont 90% portent sur le secours à la personne, contre 80% en métropole. Comme son nom l’indique, le SDIS est financé par le Département, à hauteur de 11,3 millions d’euros en fonctionnement, mais aussi par les communes, 8,9 millions d’euros, à la faveur d’une « remise à plat des mécanismes de calcul de contribution ».

Certaines interventions amènent les pompiers à transporter des malades, en lieu et place d’un secteur privé encore très récent, « mais c’est aussi le cas dans certains départements en France, nous glissait le colonel Terrien, ce qui a impliqué la signature d’une convention avec le Centre Hospitalier de Mayotte et l’ARS, pour une compensation de 300.000 euros. Ce sont 2.000 à 3.000 transports qui sont concernés chaque année.

Des marges de progrès

Les nouvelles épaulettes du lieutenant-colonel Tran Van

Avec le nouvel Etat-Major sis au Centre d’Affaire, le SDIS de Mayotte, dont les locaux faisaient pâle figure, reprend donc des couleurs, sans en voir de toutes les couleurs on l’espère, avec le futur avis de la Chambre régionale des Comptes. Sans en révéler le contenu qui attendra le prochain conseil d’administration, la présidente du CASDIS le résumait : « Tout n’est pas parfait, mais nous avons de bons repères sur nos marges de progrès. »

En attendant, le meilleur des repères, c’est le nouveau Schéma Départemental d’Analyse et de Couverture des Risques (SDACR), qui « permettra au SDIS le plus jeune de France, avec tous les rattrapages que ça implique, de répondre à un référentiel commun, notamment un temps d’intervention de moins de 20 minutes sur l’ensemble du département », souhaitait le préfet.

La cérémonie a commencé par une histoire d’hommes et de femmes, et l’a terminé sur le même registre, puisqu’on apprenait que le service allait recruter 10 caporaux sapeurs-pompiers professionnels, des jeunes qui bénéficieront d’une immersion en métropole, et que le commandant Tran Van montait au grade de lieutenant-colonel, dont les galons furent posés de concert par le préfet et l’élue.

Anne Perzo-Lafond

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139515
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139515
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139515
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139515
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139515
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139515
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...