23.9 C
Dzaoudzi
mercredi 24 juillet 2024
AccueiljusticeUn Fundi qui abusait d'une élève échappe à la prison

Un Fundi qui abusait d'une élève échappe à la prison

L'école coranique était devenu un enfer pour la victime. Son fundi abusait de son autorité pour la soumettre à des rapports sexuels alors qu'elle avait entre 12 et 14 ans. Il est allé jusqu'à proposer aux parents de payer pour l'épouser et éviter une plainte. Il écope d'une peine aménageable.

“Il prenait son truc, le frottait au dessus de mon sexe et finissait par éjaculer sur moi, il m’embrassait sur la bouche et les seins”. S’il n’y a pas eu a priori de pénétration, les faits décrits par la victime mineure donnent la nausée. Rencontré à l’école coranique, le Fundi avait décidé de faire de son élève sa “petite amie”. Il était poursuivi ce mercredi pour atteinte sexuelle sur mineur de 15 ans, une qualification désignant toute relation sexuelle ne pouvant être qualifiée de viol ou d’agression. Pourtant dans cette affaire, il n’y a guère de consentement qui tienne.
“Je ne voulais pas, je ne sais pas pourquoi j’y allais” poursuit la jeune fille, montrant la difficulté d’établir le consentement chez une adolescente. Les faits s’étalent sur près de 2 ans, entre 2014 et 2015. Durant cette période, les résultats scolaires de la collégienne s’effondrent, elle se rebelle. Chez elle, ses parents ne la reconnaissent plus. Elle finit par refuser de retourner à l’école coranique. Pendant cette période, le Fundi prend contact avec les parents de la jeune fille. Assumant sa “relation” avec elle, il propose un mariage. A force de pression, la mère finit par accepter une dot de 1700€. Les préparatifs commencent. A ce moment, l’homme vient d’épouser une autre ancienne élève, selon des éléments évoqués au tribunal.
Face au désarroi de l’élève qui décroche, les parents voient l’action de Djinns et font le lien, non pas avec ce qu’elle subit à l’école coranique, mais avec le fait qu’elle refuse d’y retourner.

Finalement c’est le collège qui finira par tirer la sonnette d’alarme, par le biais de l’assistante sociale. Le vice-rectorat saisit le procureur par un signalement et l’enquête se met en branle. Un administrateur est nommé pour assurer les intérêts de la victime.
Auditionné, le maître coranique jure qu’ils “étaient en couple”, “c’était ma petite amie depuis plusieurs mois, on avait parlé mariage” assure-t-il.
Au tribunal un assesseur demande à la jeune fille aujourd’hui âgée de 17 ans, “c’était une relation amoureuse ?”
“Non” répond-elle timidement. “Je me sentais obligée”.
Son avocat Fatih Rahmani réclame pour elle 10 000€ de dommages et intérêts. “Elle a subi ces faits pendant une longue période, sans pouvoir se fier à personne. Son salut, ça a été l’assistante sociale.”

“Il faudrait une loi sur le consentement des mineurs”

Le substitut Rieu

Pour le procureur Rieu, “ces faits sont la preuve qu’il faudrait une loi sur le consentement des mineurs. On aurait pu envisager une ouverture pour viol, on a des relations entre un majeur et une mineure de 13 ans, il avait un ascendant sur elle. Il y a dans son mode opératoire une perversion, l’utilisation de cette position pour assouvir une pulsion sexuelle est particulièrement ignoble. En plus, il ne vient pas au tribunal assumer ses responsabilités.” Estimant que le tribunal ne pouvait être moins sévère avec ce genre d’individu qu’avec des braconniers, il réclame un an ferme, mais sans mandat de dépôt. Après en avoir délibéré, le tribunal est allé plus loin, condamnant le Fundi à 2 ans de prison, et l’interdiction de toute activité impliquant des mineurs. Les dommages et intérêts ont été fixés à 3000€, auxquels elle aura accès à sa majorité. Un juge d’application des peines devra désormais décider si ces deux ans seront aménagés, ou pas, aucun mandat de dépôt n’ayant été décerné.
Y.D.

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139522
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139522
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139522
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139522
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139522
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139522
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...