31.9 C
Dzaoudzi
lundi 22 avril 2024
AccueilorangeNouveau spectacle de haut vol du Festival Hip hop évolution

Nouveau spectacle de haut vol du Festival Hip hop évolution

Ils nous ont habitué au meilleur, et cela ne s’est pas démenti ce samedi. En préambule de la Battle of the Year de samedi prochain, cette compétition de breakdance des gamins des rues, l’association Hip hop Evolution produit depuis 5 ans un spectacle de qualité qui tourne autour de cette danse sportive.

Pour rappel, le breakdance est annoncé comme la nouvelle spécialité inscrite aux Jeux Olympique de Paris de 2024. Elle voit s’opposer deux équipes qui s’opposent sans contact physique, autour de figures défiant les lois de la pesanteur. Les spectateurs de ce samedi à la Maison pour tous de Dembéni (faute de salle de spectacle), à l’aménagement revu entièrement par Hip hop Evolution, ont pu en avoir un aperçu. On se souvient tous de l’émotion en 2015, lorsque les Mahorais de Lil’Stylz étaient repartis avec le prix du meilleur show lors de la Battle of the year France à Montpellier, devant les meilleurs danseurs du pays.

C’est plus une danse très rythmée qu’ont livrée pour commencer les filles de « Karivendzé ». Non seulement ce fut une prestation sans couac (à souligner à Mayotte), mais elles ont emballé le public par le sérieux de leur spectacle. « Karivendzé », c’est « nous n’en voulons pas » à Mayotte, expression devenue mythique après avoir été prononcée par le mzé Bamana, contre « l’indépendance à la m…., à la c… », et dirigée cette fois contre les violences faites aux femmes.

« Je ne leur dis jamais ‘c’était parfait’ »

“Karivendzé” au rythme soutenu pour les B-girls

« Je veux tendre vers la perfection, je ne leur dis jamais ‘c’était parfait’, mais ‘vous pouvez encore faire mieux’. Mon objectif, c’est qu’il n’y ait plus de différence entre une troupe se produisant ici, et celles arrivent de métropole », nous expliquait Abdallah Haribou, le fondateur de Hip Hop Evolution, il y a 15 ans. On avait eu un aperçu de ses ambitions lors du spectacle « Etant donné la conjoncture actuelle », il y a deux ans. Issues du dispositif de développement de la pratique féminine, les filles sont managées par Massondi Saïd Ali. Une action soutenue par la Direction des Affaires culturelles, et la politique de la ville de la préfecture de Mayotte.

C’est une troupe réunionnaise résidant à Montpellier (34) qui leur succédait. Le défi était de loger dans une seule soirée de Festival, un spectacle qui en aurait mérité une à lui tout seul, et qui du coup, paraissait trainer en longueur. Les tableaux offerts en bleu et gris, absorbent le spectateur, notamment autour des cris identitaires, « not’ pai, l’est taillé dans le tambour d’un roi caff’ ». « Des racines et… », c’est l’histoire du chorégraphe Cédric “Kenji” Saïdou, parti de La Réunion pour travailler son hip hop en métropole, et qui cherche son âme. Le déracinement est dansé, et le propos servi par le reflet que se renvoient les jumeaux qui évoluent sur scène entre les deux joueurs de maloya.

“Des racines et…” dansé et chanté

Le hip hop élastique des Thaïlandais

Après un petit entracte, c’est un spectacle mis en mouvement par le doué « Assez », Assane Mohamed, qui introduisait la seconde partie. Il donne un coup de jeune à la tradition mahoraise du Debaa, en transformant les 13 danseuses et chanteuses de m’biwi du groupe « Fleurs des Iles » de Kahani, en Panthères roses, avec musique et chorégraphie coordonnées. Un bol d’air frais !

C’est un feu d’artifice en noir et blanc que nous offrait le Andaman Crew Thaïlandais, « parmi les meilleurs mondiaux », annonçaient Isabelle et Charifa, les deux animatrices de choc de la soirée, qui ont cherché sans mollir à avoir « un maximum de bruit » ! Poussant l’exercice de hip hop jusqu’à la contorsion, ils ont enflammé le public.

Voir la démonstration d’un des breakdancers thaïlandais

Les Thaïlandais de Andaman Crew

Et, cerise sur le gâteau, ils ont été défiés en fin de soirée, (et juste avant une coupure de courant !), par les breakdanseurs Mahorais, un avant goût de la soirée de BOTY (Battle of the Year), samedi au gymnase de Cavani. A ne pas manquer !

Anne Perzo-Lafond

Les “Fleurs des îles” en panthères roses

Bouquet final des participants à la soirée

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139511
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139511
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139511
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139511
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139511
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139511
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...