30.9 C
Dzaoudzi
lundi 22 avril 2024
Accueilorange"Ile démoniaque"... Et Bardot créa l'injure contre La Réunion

“Ile démoniaque”… Et Bardot créa l’injure contre La Réunion

La polémique enfle contre celle qui nous a habitué à pousser des cris contre les violences animales: l'actrice Brigitte Bardot aurait traité les Réunionnais de "barbares" et de "population dégénérée". La ministre Girardin et Patrick Karam condamnent ces propos.

Elle n’a jamais mâché ses mots face à la maltraitance animale, qu’elle transforme cette fois en maltraitance humaine: dans un courrier au préfet de La Réunion, l’actrice Brigitte Bardot, 84 ans, aurait qualifié les Réunionnais de tous les maux de la Terre, les accusant d’avoir des “traditions barbares”.

« Si ce courrier est authentique, il appelle une réponse claire : le préfet de La Réunion déposera dès demain une plainte à laquelle je m’associerai », a répondu la ministre des Outre-mer Annick Girardin dans un tweet, rajoutant que « le racisme ordinaire n’a pas sa place dans le débat d’idées ». La ministre était alors en déplacement à La Réunion pour tenir sa promesse d’un retour dans l’île, trois mois après le mouvement musclé des Gilets jaunes.

La croqueuse d’hommes crie au cannibalisme

Patrick Karam

De son côté, Patrick Karam, Président d’honneur du Conseil représentatif des Français d’Outre-mer, et  ancien délégué interministériel à l’égalité des chances des français d’Outre-mer, juge ces propos “inacceptables”: “Dans ce courrier, Madame Bardot qualifie la Réunion « d’île du diable »et les Réunionnais d’ « autochtones » qui « ont gardé leurs gênes de sauvages » et déroule en traitant les réunionnais de « population dégénérée » et en parlant de « réminiscences de cannibalisme » un argumentaire que n’auraient pas renié les pires partis d’extrêmes droites.”

Patrick Karam condamne avec la plus grande fermeté ces propos “d’un autre temps et extrêmement graves qui relèvent de l’incitation à la haine raciale”.

L’ancien délégué interministériel rappelle que de tels propos doivent “faire l’objet d’une tolérance zéro et tombent sous le coup de la loi”. Aussi a-t-il décidé de saisir les associations compétentes afin qu’elles déposent sans tarder une “plainte pour incitation à la haine raciale”.

A.P-L.

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

25 Commentaires

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139516
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139516
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139516
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139516
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139516
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139516
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...