30.9 C
Dzaoudzi
mercredi 17 avril 2024
AccueilOcéan IndienLes Comores toujours en crise post-électorale

Les Comores toujours en crise post-électorale

Depuis la proclamation des résultats de la réélection controversée de Azali Assoumani à la tête du pays, la contestation ne faiblit pas. Elle se décline même en métropole où quelques ressortissants ont manifesté jeudi.

Traitant l’élection de « mascarade » et de coup d’Etat en raison de constat de bourrages d’urnes, l’opposition a rapidement fait ses comptes. Car en dépit du bourrage d’urnes constaté, ce n’est pas avec un score soviétique qu’a été élu le président Azali, mais avec « seulement » 60% des suffrages. Ce qui pouvait laisser un espoir, malgré que les candidats d’opposition les plus « musclés » aient été écartés par la Cour suprême.

Même s’i est arrivé 4ème du premier tour de scrutin dimanche dernier, c’est donc avec une certaine légitimité que le colonel Mohamed Soilihi, dit « Campagnard », avait proclamé ce jeudi la mise en place d’un Conseil national de transition dont il prenait la tête. Il a été arrêté peu après. Ce CNT en appelle à la communauté internationale.

Un peu plus tard dans la même journée de jeudi, un commandant de l’armée s’était évadé de prison où il purgeait une peine de perpétuité pour tentative de coup d’Etat. Lors d’échanges de coup de feu, trois personnes auraient perdu la vie, dont un militaire.

Du côté de la communauté internationale justement, c’est le flou. Jeudi, le Quai d’Orsay  appelait à « reporter les déplacements vers les Comores jusqu’à nouvel ordre », et pour ceux qui sont sur place, à rester confiné.
Selon Rfi Afrique, l’Union africaine a déclaré ne pas pouvoir se prononcer sur la transparence et la crédibilité du scrutin. Selon le journal en ligne comorien Habari Za Komore, le président Poutine aurait félicité son homologue comorien pour sa réélection, quand au contraire, le consul de Corée du Sud avait appelé à ne pas croire les propos du gouvernement sur le bon déroulement des élection. Enfin, les Etats-Unis ont décidé de rappeler leur personnel diplomatique des Comores.
En métropole, quelques personnes ont tenté de manifester devant l’ambassade des Comores à Paris (voir ci-dessous)
A.P-L.

Elections aux Comores

Manifestation devant l’ambassade à Paris

L’ambassade des Comores à Paris

Jeudi dernier, une dizaine de ressortissants comoriens s’est rassemblée devant leur ambassade à Paris. Ils manifestaient contre les irrégularités observées le weekend dernier durant les élections présidentielles anticipées.

Le rassemblement improvisé il y a deux jours rue de Marbeau fut calme et bon enfant. Une poignée de membres de la diaspora comorienne avait décidé d’aller exprimer sa colère en tant que citoyens à la suite des couacs électoraux du 24 mars dernier. Pour rappel, l’opposition accuse le pouvoir en place de fraude électorale. Un scrutin qui a confirmé cette semaine la réelection du président Azali Assoumani dès le premier tour.

De nouveaux mouvements à venir ?

« Nous tenions à dénoncer ces dysfonctionnements et solliciter un entretien avec l’ambassadeur mais ce dernier a refusé de nous recevoir », raconte Ali Salim*. En présence d’un cordon de CRS, quelques manifestants ont tout de même pu pénétrer dans l’ambassade et échanger avec un responsable à l’accueil. Aucun débordement n’a été rapporté.
Quant à la faible mobilisation, Ali Salim l’explique par la peur de la majorité de ses compatriotes de subir de potentielles représailles sur eux ou leur famille restée aux Comores. « On a été la cible d’intimidations et d’insultes notamment à travers les réseaux sociaux », témoigne le trentenaire. « Aujourd’hui, des opposants politiques et des journalistes sont en prison », ajoute-t-il pour illustrer la tournure autoritaire qu’a pris l’État comorien depuis environ un an.
A présent, les contestataires réfléchissent à la suite à donner à leur mobilisation. « Il y aura d’autres rassemblements », affirment-ils. Reste à savoir s’ils arriveront à fédérer plus de concitoyens autour de leur action.

De notre correspondant à Paris, Gauthier Dupraz.

*Le nom et prénom ont été changés pour préserver l’anonymat du témoin.

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

6 Commentaires

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139511
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139511
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139511
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139511
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139511
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139511
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...