26.9 C
Dzaoudzi
mercredi 29 mai 2024
AccueiljusticeMise en cause du procureur par un membre du CODIM : des...

Mise en cause du procureur par un membre du CODIM : des investigations lancées par la justice

Le procureur de la République de Saint Denis de la Réunion a décidé de lancer des investigations suite à des propos tenus à l’encontre de Camille Miansoni sur les ondes de Kwezi ce vendredi matin.

Ce vendredi matin sur les ondes de Kwezi, un membre du Codim (Comité de Défense des Intérêts de Mayotte), Moutoin Sofiane, a mis en cause le procureur de la République de Mamoudzou. Intervenant dans la matinale de la radio privée, le militant a laissé entendre que Camille Miansoni participait à une filière d’immigration, facilitant l’arrivée d’Africains des Grands Lacs à Mayotte.

Selon l’extrait audio que le JDM a pu écouter M. Sofiane a déclaré, parlant de personnes supposées d’origine africaine et sans-papiers, que lors de leur interpellation mercredi par la gendarmerie, l’un d’entre eux aurait souhaité appeler « Camille ». « Un Camille haut placé tout le monde le connait […] Y’a un procureur qui s’appelle Camille », a soutenu le membre du Comité.

Suite à ces propos, le procureur général Denis Chausserrie-Laprée a déclaré par voie de communiqué qu’ « au-delà du caractère diffamatoire de tels propos, pour lesquels des investigations seront à [sa] demande initiées par le procureur de la République de Saint Denis de la Réunion, la mise en cause d’un magistrat du ministère public dans son action, sans aucun fondement, ne peut être laissée sans réaction. »

Joint par téléphone, l’animateur de la matinale, Kamar Boura,  confirme l’accusation portée par l’auditeur, mais se désolidarise totalement des propos tenus.

M. Chausserrie-Laprée rappelle que « le procureur de la République de Mamoudzou agit dans le domaine de la lutte contre l’immigration illégale à Mayotte, département particulièrement concerné par cette délinquance, dans le respect scrupuleux des dispositions légales. En s’appuyant sur les services de la police aux frontières et de la gendarmerie, il combat de façon déterminée les réseaux qui œuvrent à l’étranger comme sur le territoire de Mayotte .»

La diffamation envers les personnes exerçant des fonctions publiques est punie, au maximum, d’une amende de 45 000 euros, selon l’article 30 de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse.

Axel Lebruman

47 Commentaires

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139520
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139520
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139520
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139520
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139520
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139520
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...