26.9 C
Dzaoudzi
jeudi 23 mai 2024
AccueilEducationLes parents d’élèves de Ouangani dénoncent le manque de suivi de leur...

Les parents d’élèves de Ouangani dénoncent le manque de suivi de leur plainte

Au moins, on ne peut pas dire que la colère des parents d’élèves de Ouangani, soit motivée par l’approche des élections municipales. Cela fait maintenant 3 ans que nous relayons leurs doléances sur l’état des écoles de la commune, et leur dépit de ne pas être entendus par le maire. Une enquête a été ouverte, nous indique le parquet.

Le 23 février 2016, les parents d’élèves d’Ouangani avaient en effet initié une action en justice concernant les fonds alloués à la mairie d’Ouangani et destinés aux rythmes scolaires. « Plus de 500.000 euros, ont été octroyés à la commune pour assurer le bon fonctionnement des rythmes scolaires, mais sur le terrain rien n’a été fait depuis 2014. Ils en donnent le détail. Depuis 2014, ce sont 560.000 euros qui ont été versés, sans compter le montant perçu l’année dernière, non porté à la connaissance des parents. Selon eux, aucune enquête n’aurait été lancée.

Ils réitèrent donc le 26 février 2019, mais cette fois ciblé sur les conditions d’accueil des enfants dans les différentes écoles de la commune. Une plainte pour mise en danger des enfants et non-assistance à personne en danger a été déposée au tribunal de grande instance. « Jusqu’à aujourd’hui aucune suite n’a été faite à cette requête de votre part », se plaignent-ils dans un courrier adressé au procureur. Ils rappellent que ces écoles, comme la plupart à Mayotte, ont reçu un avis défavorable de la commission d’hygiène et de sécurité et ne peuvent accueillir des élèves. « Elles ne sont pas équipées ni d’extincteurs, ni d’alarme à incendie. Encore une fois, notre plainte a été mise « sous coquillage » dans vos bureaux. »

Obligation de scolariser… sans conditions

Ali Ahmed Combo, maire de Ouangani

Celle qui polarise leur colère, c’est l’école maternelle de Barakani. « Les conditions dont sont soumis nos enfants s’apparentent à de la maltraitance envers des mineurs de moins de 6 ans. Pendant la pause méridienne, faute de lieu dédié au repos, la mairie fait dormir nos enfants sur du béton, avec la poussière, sous 35°C », et ils joignent une photo à la parole.

Le maire que nous avions contacté, invoquait « une manœuvre de l’opposition », nous étions alors à un an des municipales, voir à plusieurs années si l’on remonte aux premières plaintes. Dans un grand flair politique, il indiquait ne pas vouloir se représenter.

Les parents réunis en association « Les enfants de l’espoir », espèrent « que la loi soit respectée, dans nos écoles. Et cela commence par la prise en compte de nos différentes plaintes. La loi ne peut pas ‘aller’ que dans un seul sens, en obligeant les parents à scolariser leurs enfants dans des conditions déplorables, d’hygiène et de sécurité. Les plaintes déposées par les parents d’élèves doivent être prises en compte, des enquêtes doivent être ouvertes, et que les responsabilités de chacun soient dégagées. » (Lire la plainte Procureur 3ème)

Nous avons contacté le parquet, il nous informe que la plainte déposée par les parents d’élèves en février a bien été traitée et qu’une enquête a été ouverte par la gendarmerie.

A.P-L.

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139522
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139522
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139522
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139522
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139522
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139522
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...