28.9 C
Dzaoudzi
mercredi 24 avril 2024
AccueiljusticeUn jeune kidnappé et torturé pour un prétendu zébu volé

Un jeune kidnappé et torturé pour un prétendu zébu volé

La justice populaire a bon dos, surtout si elle permet de se faire de l'argent en malmenant et en humiliant un jeune homme. Sous prétexte de retrouver un zébu volé, trois hommes ont enlevé un jeune agriculteur pour soutirer des sous à sa famille.

Le 7 août dernier, un jeune agriculteur a vécu l’enfer à Bandraboua. Alors qu’il était au champ “pour récolter des songes”, le jeune homme est abordé par trois personnes, deux Comoriens, et un Français natif de la commune, fils du plus âgé des prévenus.

Dès lors, le témoignage de la victime, seule à la barre, fait froid dans le dos. “ils sont arrivés et m’ont accusé d’avoir volé un zébu, je n’étais pas au courant de cette affaire mais ils m’ont ligoté, bandé les yeux, je ne voyais rien. Ils m’ont amené dans la foret. Là ils m’ont déshabillé et m’ ont laissé en slip et ont déchiré mon pantalon. “

Le jeune homme a beau clamer son innocence, la scène va plus loin encore. “Ils m’ont lié les pieds et les mains et m’ont frappé avec des bouts de bois. Ils m’ont demandé d’avouer que j’avais volé le zébu mais j’ai refusé d’avouer quelque chose que je n’avais pas commis.” En position de force, les trois “courageux” justiciers vont jusqu’à menacer leur victime de la mutiler si elle n’avouait pas le vol imaginaire.

L’un d’eux a toutefois fini par se dire que la situation était anormale et a tenté de raisonner les deux autres, dont l’aîné, principal auteur des coups. La victime du rapt est détachée puis emmenée plus loin en forêt. Assoiffé, le jeune homme se voit refuser de l’eau.

Le président Ben Kemoun a prononcé une peine plus clémente au regard du casier vierge des condamnés

Les ravisseurs finissent par appeler un ami de leur bouc émissaire, et lui intiment l’ordre de prévenir sa famille, afin qu’elle vienne le récupérer… moyennant une somme d’argent censée compensée la perte du fameux zébu. Mais la famille au lieu de se plier au chantage prévient la gendarmerie, qui met fin au calvaire du jeune homme après quelques heures de violences.
Placés en garde à vue, les kidnappeurs-tortionnaires reconnaissent à mi-mot les faits. La victime, elle, souffre de blessures multiples. Ligoté, frappé et traîné au sol, le plaignant souffre de blessures au dos, aux articulations et de multiples contusions. La procureure Chloé Chérel dénonce “une violence extrême” et réclame, au moins pour le plus vieux des prévenus, de la prison ferme, à raison de 4 mois, plus 8 mois avec sursis. Pour les deux plus jeunes, elle demande 10 mois de prison avec sursis simple. Le tribunal a jugé que les faits ne justifiaient pas une incarcération, il a prononcé 12 mois avec sursis pour le père et 6 mois de prison avec sursis pour les deux autres.

Ce n’est pas la première fois que de tels déchaînements de violences précédés d’un enlèvement sont jugés à Mamoudzou, à chaque fois justifiés par un prétendu vol. Un cas de 2013 a été jugé en 2018. Un ado avait alors été torturé et pendu pour une télé volée. Une autre affaire, de 2014, a été jugée en 2015.

Y.D.

4 Commentaires

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139522
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139522
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139522
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139522
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139522
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139522
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...