27.9 C
Dzaoudzi
mardi 23 avril 2024
AccueilEducationEntre M'lezi et la MDPH, vers plus de fluidité dans la prise...

Entre M’lezi et la MDPH, vers plus de fluidité dans la prise en charge

L'association Mlezi Maore a signé une convention avec la MDPH et le rectorat pour faciliter la prise en charge éducative de jeunes en difficulté psychique, facilitant leur passage d'une structure à une autre sans devoir repasser par une commission. Un gain de temps et d'efficacité pour les professionnels.

“Cela va alléger les démarches pour les familles” se réjouit Ali Debré Combo, président de la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH).

La convention signée ce mardi par l’association Mlezi Maore avec le rectorat et la MDPH met en place une “fiche de liaison” qui vise à “éviter à chaque fois de repasser par des commissions” salue Gilles Halbout, le recteur.

Ali Debré Combo, président de la MDPH

L’objectif pour la CSSM, représentée à la signature, c’est “d’éviter les lourdeurs d’un passage de dossier et de faciliter la revue des droits à une allocation ou à des soins”.

En clair, un gain de temps, mais pour qui et pour quoi faire ?

Dahalani M’HOUMADI est directeur de Mlezi, il explique l’enjeu du dispositif et de cette convention.

“On accueille des enfants, ados et jeunes adultes dont les troubles mettent en cause leurs possibilités de socialisation et de scolarisation. M’lezi est gestionnaire de l’ITEP ( Institut thérapeutique, éducatif et pédagogique) auquel est accolé un Sessad (service d’éducation spéciale et de soins à domicile ). Ces deux structures accueillent des jeunes qui ont des troubles du comportement qui les empêchent d’aller vers une éducation classique. Jusqu’alors, on avait un accompagnement sur trois axe : l’internat avec 12 places, le Sessad avec 8 places et l’accueil de jour avec 12 places, soit 32 places en tout. Or, pour intégrer un de ces dispositifs, le jeune a besoin d’une notification de la MDPH”.

Une nécessité légale qui s’applique aussi si le jeune est déjà pris en charge dans une structure de l’association. Ainsi si un jeune en internat par exemple a finalement plutôt besoin d’un accueil de jour, “il faut repasser par la MDPH” indique le directeur de Mlezi. Une opération qui peut prendre de plusieurs jours à plusieurs mois.

Dahalani M’Houmadi directeur de Mlezi Maoré

Avec la nouvelle convention “l’idée est de sortir de ce cloisonnement. En clair la MDPH donne la main à Mlezi pour diriger le jeune vers le parcours le plus adapté à sa situation, cela va permettre aux professionnels de faire du sur-mesure”.

Des expérimentations en métropole ont été jugées concluantes et ont donc vocation à être déployées partout en France. “La tendance n’est plus de raisonner par établissement, mais de ce dont a besoin l’enfant” salue Dahalani M’Houmadi qui y voit “du bon sens”.

Reste que les places sont bien insuffisantes au regard des besoins, et qu’à leur majorité, nombre de jeunes sont livrés à eux-même. “Tout l’enjeu est de créer de nouveaux dispositifs” conclut le directeur de l’association.

Y.D.

4 Commentaires

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139522
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139522
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139522
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139522
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139522
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139522
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...