28.9 C
Dzaoudzi
mardi 28 mai 2024
AccueilEconomieDu chocolat et du café, le coup de génie de Kanga Maoré

Du chocolat et du café, le coup de génie de Kanga Maoré

Bien connus comme maraîchers à Combani, Laurent Guichaoua et Valérie Ferrier avaient un rêve : produire du chocolat made in Mayotte. Grâce à l'Europe, au Département et aux agriculteurs partenaires, ce rêve est devenu réalité.

Des dizaines de visiteurs se pressaient ce mardi matin pour visiter la chocolaterie flambant (ou plutôt fondant) neuve de Valérie Ferrier et son compagnon Laurent Guichaoua. A l’intérieur, point de Oompa Loompas, puisque les fèves de cacao dont ils se nourrissent sont trop rares et précieuses à Mayotte pour les rémunérer, pas davantage d’écureuils puisque le couple de maraîchers ne prévoit pas de faire du chocolat aux noisettes et encore moins de vache maltraitée pour la crème fouettée puisqu’ils ne font que du chocolat noir. Noir à 70%, ou à 55% avec une pointe de vanille. Ce sont les deux produits encore expérimentaux qui devraient être commercialisés fin janvier, et qu’une poignée de privilégiés a pu déguster.

Mais revenons-en au début de cette folle aventure. Tout commence il y a cinq ans lors d’un voyage à Madagascar. Le couple découvre alors le chocolat malgache et commence à mûrir son projet d’un produit mahorais, cultivé et transformé ici. En mars 2019, une SARL dédiée à la transformation est créée ainsi qu’une association “Café-Cacao”  pour réunir autour d’un projet commun plusieurs producteurs du coin disposant de pieds de cacao et de café. Ces derniers sont abondants à Mayotte, quoique souvent délaissés. L’île offre de nombreuses espèces de robusta, qui ne demandaient qu’à être torréfiées et mélangées pour trouver l’équilibre recherché. Après des mois de travail, deux produits ont été élaborés, un café doux, un autre plus corsé. Le café est déjà disponible à la boutique Kanga Maoré de Kawéni et depuis cette semaine, à l’aéroport.

Le chocolat de Mayotte sera commercialisé autour de février 2021

Le chocolat a pris plus de temps. En effet, le cacao a été abandonné depuis belle lurette à Mayotte. Cette plante pourtant “se prête bien au territoire” note Laurent Guichaoua mais il faut deux à trois ans pour qu’elle arrive à maturité. Pour le couple, pas question d’attendre aussi longtemps. Après avoir planté des fèves locales, il a décidé, en attendant de produire assez pour transformer sa propre récolte, d’importer des fèves de Madagascar. De quoi expérimenter et se faire la main. Le résultat, ce sont des petites tablettes de chocolat noir ou à la vanille. A terme la production devrait grimper à près d’une tonne de chocolat par an.

Deux gammes distinctes pourraient alors cohabiter : une à base de fèves malgaches, et une autre, plus fine et plus coûteuse en raison d’une main d’œuvre plus chère à Mayotte, mais 100% locale de la récolte à la vente du chocolat.

Pour Issa Anfani, un des agriculteurs partenaires de Kanga maoré, le chocolat made in Mayotte est “un progrès pour l’agriculture locale, avant on produisait surtout du manioc, mais le cacao peut être plus rentable, à condition d’avoir beaucoup de pieds”.

Chaque sac de fèves provient d’un producteur différent, signe de l’intérêt porté à ce projet

Deux semaines après l’inauguration du pôle agricole d’excellence de Coconi censé relancer la filière ylang, les filières café et cacao ont à leur tour une chance de redécoller. Le fruit non pas d’une volonté politique, mais “d’une passion, chez nous comme chez les producteurs”, sourit Laurent Guichaoua. “C’est des cultures que faisaient les parents et les grands parents, et il y a un côté affectif. De plus ce sont des produits nobles, c’est un plaisir à travailler”. Pour lui, ces plantes compatibles “avec le jardin mahorais” sont “un complément de revenu” intéressant pour les petits agriculteurs, et donc une réponse intéressante à la tentation d’une production intensive à l’opposé de l’ADN des cultivateurs mahorais.

Y.D.

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139522
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139522
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139522
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139522
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139522
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139522
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...