28.9 C
Dzaoudzi
mercredi 19 juin 2024
AccueilorangeLes excuses de l’adjoint au maire de Koungou et les actions envisagées

Les excuses de l’adjoint au maire de Koungou et les actions envisagées

« Je présente mes excuses pour les propos que j’ai tenus, ça ne me ressemble pas, j’étais énervé ». En charge de la sécurité, Abdallah Soulaimana revient sur la situation à Koungou à l’approche de la destruction de Jamaïque.

Abdallah Soulaimana, adjoint au maire de Koungou Chargé de la Sécurité, nous a contacté à la suite de notre publication de ses propos outranciers lors de la réunion en mairie avec les victimes des violences du voisinage de Jamaïque. Il ne cherche pas à se dédouaner, mais évoque un contexte tendu, « depuis l’annonce de la destruction de cette zone, je dors peu, moi et ma famille nous sommes menacés quotidiennement par ces jeunes. »

L’élu est issu du milieu associatif, ce qui rendait ses propos d’autant plus décalés, « j’ai travaillé avec ces jeunes, et j’ai même présidé la Fédération des associations de Koungou. J’ai aussi dirigé une équipe de foot à Koungou, ça me désole d’avoir parlé comme ça. D’ailleurs, nous allons nous réunir ce vendredi après-midi avec les résidents des immeubles dégradé, pour voir les pistes d’amélioration du quartier. »

Depuis le début des opérations préalables à la démolition de la zone d’habitat informel dite « Jamaïque », de nombreuses interpellations, plus d’une cinquantaine, ont eu lieu, et si des familles ont quitté les lieux pour se rendre chez des proches, des jeunes se sont éparpillés alentours, « plusieurs délinquants sont arrivés dans le quartier de la carrière ETPC où nous habitons, nous rapporte une maman de 4 enfants, nous avons peur. » Nous interrogeons donc le responsable de la sécurité à ce sujet qui semble convenir d’une nécessaire action de proximité à mener par la Police nationale en coordination avec les gendarmes.

En outre, Abdallah Soulaimana appelle les familles concernées par la destruction du quartier à contacter le CCAS de Koungou, au 0269 80 76 70, « il doit leur apporter une solution de relogement ».

Il évoque les mesures de sécurisation du quartier de Koungou Manga et du Hameau du Récif : « La mairie a prévu de mettre en place de l’éclairage public et des rondes de la police municipale. »

Anne Perzo-Lafond

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139522
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139522
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139522
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139522
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139522
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139522
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...