26.9 C
Dzaoudzi
dimanche 25 février 2024
AccueilEconomieUn nouveau bailleur social annoncé à Mayotte

Un nouveau bailleur social annoncé à Mayotte

Le ministre Lecornu a visité le nouveau hub de Kahani où se trouvait il y a quelques mois encore un vaste bidonville. L'occasion, après avoir visité une de ces cases dans un quartier voisin, de dire que ces quartiers informels et insalubres n'ont "pas leur place dans la République". La construction de logements décents et d'écoles devra accélérer a-t-il ajouté.

Détruire des logements, fussent-ils insalubres, et en éloigner les habitants est “humainement difficile” reconnaît le maire de Ouangani, ça “demande du courage” poursuit l’édile en présentant à Sébastien Lecornu ce qui était il y a peu un vaste bidonville. Terrassé et nettoyé, le terrain accueille désormais le nouveau hub de Kahani, et sa partie haute est en travaux. La seule constante depuis la destruction, c’est donc la présence des bulldozers.

Invité à visiter ce site devenu un symbole des destruction de bidonvilles opérées dans le cadre de la loi Elan qui donne au préfet des pouvoirs élargis pour procéder à ces “décasages”, le ministre a pris le temps de se faire déposer près du lycée, délaissant son cortège de véhicules au grand dam de son service de protection, pour se rendre dans un quartier précaire voisin, et y visiter une case en tôle, où il a pu, d’une part se rendre compte d’une certaine réalité difficile à imaginer depuis Paris, mais aussi évoquer la crise sanitaire et rappeler la nécessité pour les équipes de vaccination de se rendre davantage auprès des habitants qui y ont le moins facilement accès.

Reste qu’à l’issue de cette visite improvisée et “émouvante”, le ministre a rappelé sa “détermination” dans la lutte contre l’habitat insalubre. “Ce qu’on vient de voir n’a pas sa place dans la République” a-t-il soutenu, devant un parterre d’officiels mais aussi d’habitants des cases alentours, massés le long des grilles qui entourent le chantier du nouveau hub.

Détruire plus vite

A quelques dizaines de mètres, des habitants assistent à la visite, loin des oripeaux républicains

“Si on ne traite pas la question de l’habitat illégal et celle de la construction de logements, on passerait à côté de quelque chose” a-t-il développé, souhaitant “tordre le cou à une situation enkystée”. Et de rappeler que si “l’Etat va prendre sa part”, ce sujet n’est “pas que l’affaire de l’Etat” et que le rôle des mairies “doit être interrogé”. Avec un choix binaire, “exercer ses compétences”, ou “être lâche” et “ne pas exercer ce métier et ne pas être maire”. Et d’assurer de “l’engagement de l’Etat” auprès des maires qui prennent leurs responsabilités.

Dès lors, “il faut déconstruire vite” plaide le ministre des outre-mer, “surtout quand ça vient d’être construit”. L’occasion d’annoncer un nouveau point de la loi programme pour Mayotte, “nous allons permettre la destruction immédiate de toutes les constructions illégales de moins de 96h”. Une extension de l’exception dite de flagrance qui permettait déjà aux maires de faire raser les habitations en cours de construction. “Ca n’a l’air de rien mais ça change tout, et ça vient acter l’idée que quand ça vient de se faire, on n’a pas la bêtise et le manque de bon sens de laisser cette situation prospérer”.*

Une politique qui “coûte de l’argent”, lequel viendra “des lignes de mon ministère”. Dans la loi de finance, “on va remettre de l’argent sur la LBU, pour avoir des sommes disponibles rapidement pour déconstruire”.

Construire plus neuf

Le ministre a délaissé son cortège de voitures pour visiter le quartier en marchant

“La troisième des choses, c’est de construire des logements neufs” poursuivait le ministre. “Plusieurs outils sont sur la table”, avec comme premier souci “l’accès au foncier”. La loi Mayotte devrait voir “la création d’un tribunal du foncier” pour “renforcer les pouvoirs de la CUF”. Ensuite “on ne peut pas construire sans ingénierie. La loi Mayotte va permettre de constituer un établissement public pour Mayotte où les maires et conseillers départementaux seront dans la gouvernance”, ce sera un établissement de l’Etat qui mettra “des moyens sur la table” pour construire. Or, construire, “ça demande des bailleurs”, “nos discussions avec l’action logement sont en train d’aboutir positivement, nous serons à même d’avoir ici à Mayotte un deuxième bailleur social, ce qui est une nouvelle essentielle puisque ce bailleur s’appuie sur des financements nationaux et paritaires, ce qui est aussi une bonne nouvelle.”
Pour le ministre, ce sont “autant de bonnes nouvelles que nous mettons sur la table” mais qui n’ont “pas de sens si nous ne continuons pas sur d’autres thématiques et d’autres combats” notamment “l’accès à l’eau potable”, qu’il s’agisse de la distribution ou de la production. “On va continuer à mettre de l’argent”. 13 millions d’euros du plan de relance sont consacrés à l’eau potable à Mayotte.

Enfin les écoles “on l’a vu en traversant [le bidonville NDLR], et c’était émouvant, le défi de la construction scolaire est aussi important que le logement”.

YD

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139522
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139522
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139522
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139522
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139522
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139522
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...