27.9 C
Dzaoudzi
jeudi 22 février 2024
AccueilEducationMalgré son attractivité, La Réunion recrute à son tour des professeurs contractuels

Malgré son attractivité, La Réunion recrute à son tour des professeurs contractuels

Il n'y a pas qu'à Mayotte que l'Education nationale recrute des contractuels dès le premier degré. Nos voisins réunionnais ont à leur tour lancé une campagne de recrutement, causant une levée de boucliers sur un territoire où des titulaires sont sur liste d'attente.

Phénomène marginal il y a une quinzaine d’années au niveau national, le recrutement de professeurs contractuels se développe. Ici à Mayotte, ce recours à des professeurs en CDD s’explique par une combinaison de facteurs, qui vont du manque d’attractivité du territoire pour les titulaires venant de l’extérieur à un développement tardif des formations en local.

A Mayotte il aura ainsi fallu attendre 2016 pour voir apparaître une licence pluridisciplinaire au CUFR, qui ouvrait la porte des concours nationaux aux étudiants mahorais, avec pour objectif de contrer le taux d’échec dans le supérieur lié à l’éloignement. La création de concours locaux avec un engagement à Mayotte doit permettre de réduire à terme la part de contractuels à Mayotte, qui s’élève à 20% dans le premier degré et à 50% dans le second degré.

A La Réunion, la situation est incomparable :  le taux d’indexation, fixé à 53% (contre 40% à Mayotte) est plus qu’attractif, et les problématiques sont différentes. Même si le territoire manque lui aussi de professeurs, des candidats au concours Professeurs des Ecoles sont sur liste d’attente. C’est donc avec une certaine incompréhension que les syndicats ont pris connaissance d’une offre de recrutement de professeurs des écoles contractuels par l’académie de la Réunion ouverte jusqu’à ce week-end.

Une initiative nouvelle pour l’académie qui est confrontée à des difficultés “imprévisibles”. Pour la rentrée 2021, “il nous manque entre 50 et 80 professeurs des écoles” explique Jean-François Salles, inspecteur d’académie adjoint au rectorat de La Réunion. En cause, un “faisceau” de situations. La possibilité récente pour les fonctionnaires de recourir à la rupture conventionnelle a conduit à 26 postes perdus. Par ailleurs, sur la soixantaine d’enseignants de métropole qui ont demandé une mutation à La Réunion, une trentaine ont essuyé un refus de leur académie d’origine. Or, explique l’inspecteur, “il faut que le département d’origine vous laisse sortir et que le département d’accueil vous laisse rentrer, nous, on laisse entrer tous les collègues mais la moitié des départements de départ n’ont pas laissé sortir, car il manque aussi de Professeurs des Ecoles en métropole”. A cela s’ajoute un nombre de départs en retraite plus important que les années précédentes.

Résultat, le rectorat s’est rendu compte que près de 70 professeurs remplaçants ont été affectés à des postes vacants à l’année, alors que “ce n’est pas leur mission”. “C’est assez important pour qu’on recrute” a jugé le rectorat.

Les syndicats réclament plus de fonctionnaires titulaires

Sur sa page Facebook, le rectorat, soupçonné de vouloir économiser sur les salaires, balaye  donc ces accusations et assure qu’un contractuel est payé comme un titulaire. “Les agents contractuels partagent les obligations et les droits des agents titulaires. Les différences entre eux portent sur les modalités qui régissent le recrutement et la gestion de carrière ( CDD/CDI au lieu d’un concours). Cela signifie que le coût à l’embauche est quasiment identique. Dans la fiche de poste mise en ligne la rémunération est fixée à l’indice 408 soit l’équivalent de l’indice 390 avec la majoration”.

Les modalités de recrutement, c’est bien ce qui fait le plus grincer des dents chez nos voisins. “Et les profs sur liste complémentaire ?! Qui eux ont eu la formation et ont passé le concours ?!” s’interroge Caroline, professeur titulaire. “Et si on pensait aussi à tous ces profs qui attendent leur mutation ?” renchérit sa collègue, Fabienne.

“Pourquoi ne pas recruter ENTIÈREMENT la liste complémentaire?” propose un autre internaute, “Ils sont disponibles, ont pratiquement réussi le concours (ce n’était qu’une question de places disponibles) et connaissent déjà un peu le métier” argumente-t-il. Une demande soutenue par le syndicat FO-SNUDI 974 qui “revendique le recrutement immédiat de toutes les listes complémentaires”.
Le symptôme d’un métier en souffrance

Chantal Manès-Bonnisseau, la rectrice de La Réunion (DR)

Une option “pas si simple” leur répond Jean-François Salles. “On accuse souvent à tort le rectorat de ne pas prendre les collègues en liste complémentaire, mais il faut savoir que la liste complémentaire a pour but de palier les éventuelles défections, si on les prend pour les affecter sur un poste, c’est le ministère qui décide, chaque recrutement en liste complémentaire, c’est un poste de fonctionnaire qui est créé, donc c’est plafonné par Bercy, l’Académie n’a aucun poids dans la balance”. Le rectorat a bien fait remonter ses besoins, et s’est vu octroyer 14 postes. Mais un recrutement en liste complémentaire, c’est un stagiaire à mi-temps pendant un an, soit 7 équivalents temps plein à peine. “C’est une respiration pour nous mais ce n’est pas suffisant. C’est pour ça que la rectrice a autorisé le recrutement de contractuels” poursuit-il. Les contractuels doivent permettre de palier le manque de postes, de libérer des remplaçants, sans engager l’Etat sur du long terme. Reste à voir si cette situation exceptionnelle aura toujours cours l’année prochaine, et si le premier degré fera du recrutement de contractuels la “pratique courante” qu’il est devenu dans le second degré.

Toujours est-il que cette première campagne de recrutement a eu un franc succès. Pas moins de 500 candidatures ont été reçues par le rectorat, dont 200 sur la seule journée de dimanche. Le recrutement a commencé ce lundi avec quelque 100 entretiens par jour. Dès la semaine prochaine, les candidats retenus entameront deux semaines de formation avant de rejoindre leurs classes respectives.
Une organisation menée tambour battant pour une situation jugée “conjoncturelle”, mais qui témoigne aussi d’un manque d’attractivité pour le métier de professeur des écoles au niveau national. Défections, ruptures conventionnelles et autres difficultés de mutation invitent à une réflexion sur ce métier, un des plus beaux du monde sans aucun doute, mais “de moins en moins gratifiant” conclut un enseignant.
Y.D.

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139522
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139522
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139522
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139522
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139522
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139522
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...