27.9 C
Dzaoudzi
jeudi 30 mai 2024
AccueilEconomiePrix : contrôle de la fièvre du Ramadan

Prix : contrôle de la fièvre du Ramadan

Comme pendant le reste de l'année, les prix suivent la courbe de jonction de l'offre et de la demande. Et en période de Ramadan, celle-ci est particulièrement forte. Les services de l'Etat déploient un arsenal de contrôles notamment sur les marchés et s'appuient sur un baromètre.

Les Comoriens ne sont pas les seuls à subir une inflation jusque sur les produits de première nécessité en cette période de forte consommation du Ramadan, à Mayotte aussi le prix décollent. Le préfecture indique avoir constaté que les prix s’affolaient surtout à l’approche de l’Aïd El-Fitr, «certains produits phare se raréfient et leur prix ont tendance à augmenter fortement ».

Pour anticiper, des contrôles ont eu lieu. Le pôle concurrence, consommation et répression des fraudes (CCRF) de la DEETS, appelé pôle C, a commencé à rencontrer les partenaires institutionnels et les organisateurs des principaux points de vente du territoire. Et une fois rappelé des règles « minimales » de commercialisation, de conformité et de sécurité des produits, les services de l’État ont mis en place des contrôles réguliers sur l’ensemble des marchés du territoire.

Qui s’est porté le 22 février 2022 sur les exposants du marché de Coconi, puis le 5 mars 2022, avec des contrôles d’une soixantaine de stands du marché avec un échange au cas par cas sur les non-conformités à la réglementation constatées.

160 tonnes d’oignons importés en deux mois

Un thermomètre pour des prix enfiévrés

Le 2 avril au matin sur le marché de Coconi, 48 contrôles CCRF et 12 contrôles URACTI (travail illégal) ont été effectués et donneront lieu à la mise en œuvre d’une vingtaine de mesures de polices administratives, et deux procès-verbaux.

Cet encadrement réglementaire des opérateurs intègre un thermomètre des prix des produits spécialement consommés sur cette période.

« Ces actions de contrôles ont vocation à se poursuivre sur toute la période sur les autres marchés du territoire », indique la préfecture. Il n’est pas fait mention du Bouclier qualité prix, ni de la surveillance des affichages dans les grandes surfaces.

Les marchés ne sont pas les seuls à être contrôlés. Les importateurs de « produits-phare » le sont aussi. Avec un rappel réglementaire au besoin. En mars et avril, ont été importés en tout, 67 tonnes de taros, 160 tonnes d’oignons, 3 tonnes d’ails et 12 tonnes de gingembre.

Pénurie de sucre à Sodifram ce week-end

Mais si la préfecture indique que « Les quantités importées permettent d’espérer une disponibilité suffisante de ces produits sur le territoire et les services compétents de l’État seront vigilants à la réalité de celle-ci », des pénuries se font sentir, en particulier de sucre (voir le panneau ci-contre dans une grande surface de la place).

Quant aux œufs de Pâques, ils semblent avoir été oubliés des rayons cette année !

A.P-L.

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139522
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139522
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139522
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139522
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139522
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139522
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...