28.9 C
Dzaoudzi
samedi 13 avril 2024
AccueilOcéan IndienComores : un enseignant français dans la tourmente après des propos jugés "racistes"

Comores : un enseignant français dans la tourmente après des propos jugés “racistes”

Le lycée français Henri Matisse de Moroni est dans une situation délicate après la tempête médiatique qui s’abat sur l’un de ses enseignants accusés de propos « racistes ». Les opinions divergent à ce sujet, le ministre de l'Education nationale Djaafar Salim Allaoui, a validé la suspension de l'enseignant et tente de dépassionner le débat.

Il a qualifié nos enfants de singes, c’est inacceptable“. Un parent d’élève a eu des mots assez durs au sortir d’un conseil d’école la semaine dernière au lycée français Henri-Matisse de Moroni. Un enseignant français souffle le chaud et le froid après des propos jugés “racistes” par plusieurs des parents d’élèves. Nous avons décidé de ne pas révéler l’identité de l’enseignant pour de raisons d’éthique et de sécurité.

Suspension de l’enseignant, enquête administrative

Les responsables de l’établissement enchaînent réunion sur réunion, depuis quatre jours, pour tenter de calmer la situation. Mais face au déferlement médiatique, l’établissement a été contraint de prendre des mesures disciplinaires en suspendant l’enseignant “le temps qu’une enquête administrative établisse les responsabilités“, selon un communiqué de la direction.

L’enseignant d’histoire-géographie, en poste depuis deux ans, aurait dit “poussez vos cris de singes” alors qu’il était en atelier d’interprétation de paysages avec ses élèves de la classe de 1ere. Le ministre de l’Education nationale, Djaafar Salim Allaoui, a demandé et obtenu sa suspension après avoir reçu, lundi 11 avril, la proviseure du lycée. “J’ai convoqué la proviseure. Je lui ai dit de m’amener la note de suspension. Nous tentons de régler cette affaire avec responsabilité sans passion aucune”, a-t-il souligné peu après avoir rencontré, lundi 11 avril, la direction de l’établissement et le président de l’Association des parents d’élèves, Amine Naçr Eddine.

Un des élèves de la classe de 1ere, contacté par le JDM, laisse penser que “l’enseignant n’a jamais fait montre d’attitude raciste” mais que “de nombreux parents” ne le porteraient pas dans leur cœur. Selon Al-watwan, l’enseignant avait exposé, plusieurs jours auparavant, “une photographie terrifiante, à la limite sanglante, et les élèves auraient poussé des cris de “peur”. Ce serait, selon notre témoin, ce qui pourrait expliquer le “réflexe” de l’enseignant. Notre interlocuteur évoque des propos “décontextualisés” pour acculer l’enseignant“, écrit le journal.

Et, au cours de sa dernière présentation, l’enseignant aurait dit : “cette fois, vous ne criez pas comme des singes“, selon un communiqué du ministère comorien de l’Education qui rapporte que “les élèves ont interprété cela comme une injure raciste“, estimant que cela “n’était pas l’intention du professeur en question“.

Le ministre comorien de l’Education avec la direction du lycée

Un enseignant de qualité sans aucun signe raciste

Des parents d’élèves contactés reconnaissent ce qui pourrait être “une faute” de la part de l’enseignant incriminé mais estiment que l’affaire ne doit pas occulter les réalités du lycée français. “L’école française est un oasis d’harmonie, de paix, d’amour, de convivialité. Les gens vivent en parfaite harmonie. Une fois n’est pas coutume, un seul fait ne doit pas éclipser la bonne réputation de notre école“, a réagi l’ancien député de Moroni, Abdoulfatah Said Mohamed, qui fait les allers-retours depuis plus de 10 ans pour suivre la scolarité de ses enfants.

Le professeur est, certes, parfois maladroit, mais n’avait jamais esquissé le moindre geste raciste. Jamais il n’a eu une tendance raciste et c’est en soi, un professeur de qualité”, a fait savoir une autre source citée par le journal Al-watwan. Aux Comores, sur la toile, des voix s’élèvent pour demander son expulsion pure et simple du pays.

Suspendu par la direction de l’établissement, l’enseignant est calfeutré chez lui et est placé sous haute protection indirecte des forces de sécurité comoriennes. L’ambassade de France aux Comores, par la voix du conseiller culturel annoncé “la fin du contrat de travail de l’enseignant en attendant son licenciement définitif par son employeur, l’Association des écoles françaises“, précise le communiqué du ministère comorien de l’Education.

A.S.Kemba, Moroni

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139522
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139522
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139522
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139522
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139522
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139522
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...