27.9 C
Dzaoudzi
lundi 27 mai 2024
AccueilExpositionsEsclavage : « Mayotte ouvre le cycle de la commémoration dans les outre-mer »

Esclavage : « Mayotte ouvre le cycle de la commémoration dans les outre-mer »

Ce mercredi 27 avril, l'anniversaire de l'abolition de l'esclavage était célébré en grandes pompes au Conseil départemental de Mayotte. Entre devoir de mémoire, inauguration de l'exposition #Cestnotrehistoire et dépôt de gerbe protocolaire...

« La mémoire est innombrable mais partagée, l’oubli est une arme sans grâce. »

Cette citation d’Edouard Glissant, reprise en début de cérémonie par Zouhourya Mouayad Ben, 4ème vice-présidente du Conseil départemental, s’impose très justement en cette journée du 27 avril. Un jour de mémoire et de recueillement, renvoyant directement au décret du 27 avril 1848 de la deuxième République, abolissant officiellement l’esclavage. « Avec cette date du 27 avril, Mayotte ouvre le cycle de la commémoration dans les outre-mer » déclarait solennellement la directrice de cabinet du préfet Marie Grosgeorge.

A Mayotte, c’est dès le 9 décembre 1846 que l’esclavage fût interdit, plus de deux ans avant ce fameux décret.  « Déjà à cette époque, l’île était en avance sur les autres territoires ultramarins, mais surtout profondément française, comme le prouve cette ordonnance royale de Louis-Philippe. Cette journée de commémoration, l’exposition, mais aussi tout le travail mené avec les scolaires et en lien avec les archives départementales, permet de mieux comprendre ces systèmes organisés, systémiques mais aussi pluriels que furent la traite et l’esclavage » déclarait la sous-préfète.

Comme chaque année à cette date, les institutionnels de l’île au lagon sont au rendez-vous pour honorer l’évènement, si important pour l’histoire de Mayotte. Et cette année aura été accompagnée, outre la mise en place de l’exposition #Cestnotrehistoire, d’une annonce particulière : en fin d’année, le 101ème département accueillera un colloque scientifique international sur l’esclavage.

Esclavage et abolitions : une Histoire de France

Après le temps des discours, celui du vernissage. Une fois n’est pas coutume, ni champagne, petits fours ou samoussas – ramadan oblige- mais cela n’aura pas empêché le lancement de l’exposition #Cestnotrehistoire. Une exposition nationale, conçue par la fondation pour la mémoire de l’esclavage, dont le Cd 976 est membre fondateur. Une présentation de l’histoire déclinée en de multiples panneaux, dont un spécifiquement relatif à Mayotte, fruit de six mois de travail des Archives départementales pour présenter l’esclavage à Mayotte. Mais aussi introduire celle du 101ème département de France dans l’exposition nationale.

Le premier panneau de l’exposition

Une exposition à comprendre dans le contexte métropolitain, comme l’explique le professeur Anli Boura : « pendant longtemps la mémoire, l’histoire de l’esclavage ont été portées par des populations ultramarines, mais progressivement cette mémoire et cette histoire rentrent dans le débat public en France. Aujourd’hui, elle est partagée par nos compatriotes, il faut le comprendre dans ce contexte ».
De nombreux panneaux au sens de lecture particulier, des titres courts et percutants, une attention particulière portée à la chronologie avec une ligne du temps qui scinde les panneaux, différents éléments textuels, des focus précis sur des personnages, chiffres et évènements… Une exposition riche en information et en culture, qui en éclairera plus d’un sur l’Histoire, celle avec un grand H aussi bien que celle de l’île au lagon.

L’exposition #Cestnotrehistoire sera visible du mercredi 27 avril au vendredi 6 mai 2022 aux horaires d’ouverture du Conseil départemental (de 7h30 à 12h et de 13h30 à 16h en semaine et de 7h30 à 12h le vendredi).

Un esclavage aux scories matérielles limitées, mais un souvenir omniprésent

L’inauguration de l’exposition s’ensuivait, ce mercredi 27 avril, de la traditionnelle pose de la gerbe de fleurs devant la stèle FATMA, dans les jardins du conseil départemental. Une tradition protocolaire perpétrée cette année pour la première fois par la 4ème VP Zouhourya Mouayad Ben ainsi que la nouvelle directrice de cabinet du préfet, Mme Grosgeorge.

La sous-préfète déposant la gerbe

L’occasion de rappeler que l’esclavage aura laissé peu de traces physiques à Mayotte, mais que son souvenir est pourtant bien présent. Et face à la menace de l’oubli, la commémoration est plus que jamais de mise. C’est du moins ce que ressentira quiconque s’attardera dans les jardins du Conseil départemental dans les jours qui viennent…

Mathieu Janvier

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139522
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139522
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139522
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139522
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139522
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139522
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...