25.9 C
Dzaoudzi
vendredi 1 mars 2024
AccueilEconomieTransports scolaires : Matis a-t-elle joué solo en 2020 ?

Transports scolaires : Matis a-t-elle joué solo en 2020 ?

Pendant trois ans, le conseil départemental n’a pas réussi à rédiger un nouvel appel d’offre des transports scolaires. Le marché ayant été deux fois reconduit en l’état, les petits transporteurs jugent avoir perdu de l’argent au profit de Matis. Quand il s’est agi de le prolonger une 3ème fois en 2020, ils ont déposé plainte, estimant n’avoir pas été consultés.

Trois années de rentrées scolaires synonymes de fébrilité. L’incertitude pesant sur le marché des transports scolaires en était la cause.

En février 2015, ce marché tel que défini par le conseil départemental, sous pression du tribunal administratif qui le contraint à allotir, est attribué à plusieurs transporteurs, dont le groupement GMES Ouvoimoja. La société Matis (filiale du groupe réunionnais Mooland) en est le mandataire, est des transporteurs mahorais (Transports du Nord, Chamassi Ben Abdallah, Chebane, Chadhuli et Salime) les adhérents.

Trois ans après, lors de la passation d’un nouveau marché, qui avoisine les 30 millions d’euros par an, le conseil départemental sépare le lot « gestion », des autres. L’inquiétude est forte chez Matis qui jouait jusqu’alors sur les deux tableau, transport et gestion. Ses salariés descendent dans la rue, et la date de rentrée d’août approchant, le conseil départemental décide de prolonger le marché par un avenant.

Entretemps, le torchon a continué à brûler entre les transporteurs et Matis, les premiers reprochant au second de ne leur reverser qu’une petite partie de la rémunération qui leur est due, comme expliquait à la presse leur conseil Mahamoud Azihary en 2018, « Matis conservait les compensations des charges indirectes et les marges. Ils n’auront perçu que 10,7% des rémunérations totales ». La méfiance se change en exaspération quand un 2ème avenant est pris en 2019, le tribunal administratif ayant cassé le nouveau marché en juillet 2019… soit un mois avant la rentrée scolaire. Et alors, que dire de la rentrée 2020, en pleine crise Covid, lorsqu’un 3ème avenant s’annonce, mais n’est plus autorisé par le code des marchés publics ! IL faut prendre une décision dans l’urgence.

Cinq transporteurs scolaires assignaient Matis en justice

Des avenants sans avenir

Les transporteurs continuent à crier au contrat léonin et à la perte de recettes et envoient en juin 2020 un courrier à Matis expliquant leur refus d’une 3ème prolongation de contrat, transmis par huissier, et doublent avec une même démarche auprès du CD. Qui tranche : ce ne sera pas un énième avenant, mais une Convention de Gestion Provisoire, à travers laquelle les mêmes titulaires gèrent les mêmes lots mais voient une réévaluation des coûts et de leur matériel roulant. Une convention que signe Matis sans en informer les transporteurs. Qui déposent plainte.

A la barre, leur avocat maitre Jorion, fait valoir l’article 6 du groupement, « le mandataire ne peut signer un accord sans en avertir l’ensemble du groupement ». Or, pour lui, cette Convention de Gestion Provisoire est bien un nouvel accord et non une prolongation du marché précédent. D’autre part, il invoque un autre article, le 13, qui prévoit la fin du groupement lorsque le marché est échu. « Donc en 2020 ». Et chiffre le préjudice subi en fonction des marchés que les transporteurs auraient perdus s’il y avait eu un nouvel appel d’offre, et qu’ils ont d’ailleurs remporté pour leur propre compte lors du nouvel appel d’offre de 2021, qui sépare définitivement la gestion des autres lots… Les sommes demandées vont de 412.000 euros à 1,2 million d’euros. L’avocat pointe aussi un faux et usage de faux contre Matis et le CD, « ils savaient tous les deux que les transporteurs avaient dénoncé l’accord ».

Le conseil départemental victime d’une balle perdue ?

Le groupement avait notamment remporté le lot 2 du transport des personnes handicapées

L’implication du conseil départemental est sujet à caution, défend son conseil, Me Mickaël Poilpré, du barreau de Montpellier : « Si nous constatons que matis et les transporteurs s’écharpent en permanence, nous avons l’impression qu’une balle perdue vient nous impacter ! Les faits qualifiés pénalement relèvent en réalité du civil, là, au pire, c’est un faux intellectuel qu’on nous reproche dans cette signature d’une convention avec Matis qui était mandataire à l’époque. » Pour lui, le groupement existe toujours, « et il fallait bien faire quelque chose pour que le transport scolaire fonctionne à la rentrée ». L’avocat demandera 15.000 euros de dommage et intérêts, « on ternit l’image du conseil départemental, quand on saisit une juridiction, on doit avoir des éléments pour le faire ».

Sans surprise, le conseil de Matis, Me Olivier Guérin-Garnier, barreau de Paris, voit également dans la Convention de Gestion Provisoire une « reproduction à l’identique du marché avec simplement une réévaluation de l’inflation et des coûts », sous-entendu, le GMES Ouvoimoja existait toujours avec Matis comme mandataire. Quant au fait que Matis ait signé sans en informer les transporteurs, ce qu’interdit l’article 3, « les transporteurs aussi voulaient en profiter pour signer avec le conseil départemental une convention de gestion, ce qui aurait été un délit de favoritisme ».

Parallèlement à tout ça, un nouveau marché est actuellement en vigueur, après que la société Matis ait tenté https://migration.lejournaldemayotte.com/2020/08/26/transport-scolaire-le-tribunal-administratif-deboute-matis-et-laisse-le-departement-trancher/ de le casser, avec une promesse que le conseil départemental a faite, « nous devons sécuriser juridiquement ce secteur ».

Quant à l’injustice financière que dénoncent les transporteurs lors de leur parrainage par Matis, il semble qu’ils soient passés à autre chose.

A la barre, et après que les robes noires aient défendu le point de vue de leur client, le débat est donc centré sur l’impact de Convention de Gestion Provisoire : en 2020, le marché a-t-il été prorogé ou partiellement réécrit ? Réponse lors du délibéré le 15 novembre 2022.

Anne Perzo-Lafond

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139522
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139522
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139522
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139522
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139522
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139522
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...