26.9 C
Dzaoudzi
lundi 6 février 2023
Accueiljustice5 ans de prison pour un pédophile

5 ans de prison pour un pédophile

CARNETS DE JUSTICE. C’est un homme fatigué qui se présente à la barre ce mercredi 6 novembre au matin pour l’audience correctionnelle. Encadré de gendarmes, Saindou A. s’avance avec ses béquilles jusqu’à la barre avant de s’assoir sur une chaise. Il est amputé de la jambe gauche. Pour la deuxième fois, il baille bruyamment, de quoi énerver le président : «vous arrêtez de bailler, vous êtes devant le tribunal, il ne faut pas exagérer non plus !»

C’est la deuxième fois en deux semaines que Saindou A. se retrouve devant le tribunal. Le 23 octobre dernier, il faisait une demande de remise en liberté.
– Quel âge avez-vous ? demandait ce jour-là le président.
– J’ai 66 ans
– Si je regarde votre dossier, vous êtes né en 1966, vous avez donc 47 ans.
Visiblement, le vieux monsieur est plus proche des 70 ans que des 50.
Saindou A. est incarcéré depuis le mois d’octobre 2012 à la maison d’arrêt de Majicavo pour des atteintes sexuelles sur mineures. Il a eu beau faire valoir des conditions d’incarcération insupportables compte tenu de son état de santé, la justice avait préféré le laisser en prison. A deux semaines du jugement de l’affaire, le tribunal craignait une récidive «en raison des faits multiples» qui lui sont reprochés, des «craintes corroborées par des éléments de personnalité».

Des fillettes de 4 ans

Les faits pour lesquels Saindou A. est poursuivi dans deux affaires distinctes sont particulièrement graves. En octobre 2012, il aurait volontairement commis des atteintes sexuelles sur deux petites filles. Il aurait frotté son sexe en érection sur leurs cuisses. Elles étaient alors âgées d’à peine 4 ans. La seconde affaire est plus ancienne. Elle remonte à 2005 mais les faits sont les mêmes. La jeune victime de cette agression a alors 12 ans.

Aussi graves que soient les faits, les familles des petites filles décident de ne pas se porter partie civile et ne réclament aucune indemnité en dommages et intérêts, à la surprise du tribunal. «Elles ne se constituent pas partie civile dans la mesure où leurs filles n’ont pas été déflorées» tient à préciser le président pour que la greffière le note dans le dossier. En cas de non constitution de partie civile dans ce type d’affaires, le dossier est en effet transmis au juge de tutelle qui peut être amené à le reprendre pour que les enfants soient représentés.

Une audience à huis clos

L’adolescente en revanche est devenue majeure depuis les faits. Elle demande 2000 euros de dommages et intérêts et un huis clos pour que l’affaire, sensible, soit débattue à l’abri des regards, que les mots soient dits et les situations décrites en évitant la gêne que peut provoquer la présence du public.

A l’issu des débats, Saindou A. est finalement reconnu coupable de l’intégralité des faits qui lui sont reprochés. Il écope de 5 ans d’emprisonnement après lesquels il devra se plier à un suivi socio-psychologique de trois ans, une obligation de soins rendue nécessaire aux yeux du tribunal par «ses pratiques particulières avec les enfants».
«Si vous ne respectez pas cette obligation de soins, vous repartirez un an en prison» prévient le président avant d’expliquer que le condamné sera inscrit au fichier FIGES des délinquants sexuels.
L’adolescente obtient les 2000 euros de dommages et intérêts qu’elle réclamait.
Saindou A. est reparti, avec ses béquilles et encadré par les gendarmes, pour quatre nouvelles années à Majicavo.
RR

Voir les autres CARNETS DE JUSTICE
Salle d'audience Mamoudzou

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139126
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139126
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139126
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139126
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139126
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139126
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...