25.9 C
Dzaoudzi
mardi 7 février 2023
AccueilSociétéUne matinée d'actions surprises de l'intersyndicale

Une matinée d’actions surprises de l’intersyndicale

Les opérations coup-de-poing avaient été tenues secrètes. Seul, un tout petit groupe de personnes connaissait les actions organisées par l’intersyndicale pour cette nouvelle journée de manifestation. Amphidrome bloqué, centre des impôts envahi, récit d’une matinée dans les rues de Mamoudzou.

9h00. Le rendez-vous est donné Place de la République. Un peu plus de 400 personnes ont répondu à l’appel de l’intersyndicale, ce n’est plus la foule des premières manifestations. Seuls, les dirigeants syndicaux connaissent le déroulement de la matinée. Pour le reste des manifestants mais aussi pour les forces de l’ordre, le déroulement de la matinée est une inconnue. Les uns suivront, les autres vont devoir s’adapter.

Les manifestants occupent le quai de l'amphidrome
Les manifestants occupent le quai de l’amphidrome

Le communiqué de presse diffusé la veille par les ministères des Outremers et de la Fonction publique est totalement absent des conversations. «Pourquoi voudriez-vous qu’on en parle ? Il n’y a rien de nouveau», commente un enseignant. «Je suis déçue, rajoute une autre. Ils ont l’air de nous apprendre des choses qu’on connait depuis trois semaines. Et l’indemnité de logement, ce n’est pas une avancée. C’est simplement le maintien d’un acquis.» Un troisième plaisante : «J’ai déjà rencontré des autistes dans ma vie. J’ai l’habitude».

«Ce communiqué concerne tout le monde sauf la police, explique un délégué syndical. A la police, nous sommes concernés par un autre décret que le reste de la fonction publique (de 1978 et non de 1996). Nous restons dans le flou le plus total sur l’imposition mais aussi sur les congés bonifiés. Nous sommes dans un état «d’insécurité juridique». Les nombreux arrêts maladies, une quinzaine au commissariat et une trentaine à la PAF selon les syndicats, «ne sont pas des arrêts de complaisance» pour une profession qui n’a pas le droit de grève. «Nous sommes vraiment déstabilisés.»

10h00. La manifestation qui s’est élancée en direction de Kaweni tourne brusquement à droite. En quelques minutes, les accès à l’amphidrome sont bloqués. Les manifestants souhaitaient empêcher tout mouvement mais une ambulance doit débarquer. Les grévistes s’écartent.

L'amphidrome s'écarte du quai pour ne pas se faire envahir
L’amphidrome s’écarte du quai pour ne pas se faire envahir

Le dernier véhicule a-t-il à peine posé les roues sur la terre ferme que l’amphidrome s’éloigne du quai par crainte de se faire envahir. Il stationnera pendant plus d’une heure à quelques dizaines de mètres du quai, les rotations sont interrompues. «On ne souhaitait pas bloquer la barge pour ne pas gêner la population. L’amphidrome, c’est symboliquement le blocage ‘très momentané’ d’une partie de l’activité économique», commente Frédéric Muller, un des porte-paroles de l’intersyndicale.

11h00. Le cortège se met à nouveau en mouvement. Les accès libérés, l’amphidrome va pouvoir reprendre ses rotations. Le gros des manifestants ne connait pas encore leur nouvelle destination qui passe par le rond-point de la barge libéré quelques minutes plutôt par les grévistes de la Mairie de Mamoudzou remontés manifester devant l’Hôtel-de-Ville.

11h15. La manifestation arrive devant l’impasse de la préfecture de Mamoudzou. Les forces de l’ordre sont prêtes, un imposant dispositif anti-invasion a été érigé devant la préfecture. Mais les manifestants leur jouent un bon tour. Après un petit arrêt, ils reprennent leur marche. Leur destination : les impôts.

11h30. Le cortège arrive devant la direction régionale des finances publiques. Les grilles ont été fermées à l’arrivée de la manifestation mais un petit groupe de manifestants a réussi à contourner le bâtiment pour entrer par l’arrière.

Le hall des impôts envahi par les manifestants
Le hall des impôts envahi par les manifestants

Rapidement, la chaîne qui ferme le portail cède. La cour puis le hall de l’immeuble sont envahis. Les manifestants distribuent les feuilles d’impôts avant de les transformer en confettis lancés en chantant. De mémoire mahoraise, une telle action n’avait jamais été menée. Aux «On veut payer nos impôts» succèdent rapidement des «On veut négocier» scandés par les manifestants.

11h45. Une marseillaise raisonne dans le bâtiment des impôts. Pas de nouvelles actions surprises pour aujourd’hui… à part le pique-nique improvisé pour continuer à occuper les locaux des impôts.

L’intersyndicale doit se réunir en fin de journée pour définir de nouvelles actions.
RR

L'intersyndicale improvise un barbecue dans l'enceinte du centre des impôts
L’intersyndicale improvise un barbecue dans l’enceinte du centre des impôts

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139115
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139115
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139115
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139115
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139115
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139115
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...