31.9 C
Dzaoudzi
dimanche 5 février 2023
AccueilSociétéQuand la ministre Carlotti s’attaque au handicap à Mayotte

Quand la ministre Carlotti s’attaque au handicap à Mayotte

« Tout remettre à plat ! » cette expression, Marie-Arlette Carlotti l’a utilisée à plusieurs reprises lors de sa visite à la Maison des personnes handicapées (MPH). Elle se fait ainsi l’écho des grands manques du 101ème département dans ce domaine.

Marie-Arlette Carlotti avec Daniel Zaidani et Mme Said Kalame, pte MPH
Marie-Arlette Carlotti avec Daniel Zaidani et Mme Said Kalame, pte MPH

Ce ne sont plus des insuffisances, ce sont des manques. Ils étaient tout d’abord énumérés par le président du Conseil général Daniel Zaïdani dans son discours d’accueil à la ministre déléguée aux personnes handicapées et à la lutte contre l’exclusion, après qu’il ait rappelé que le handicap « a longtemps été tabou dans la société mahoraise qui cachait ses handicapés  ».

Partant du général, « il n’y a pas d’extension des mesures de droit commun à Mayotte », il allait droit au but : « il faut être handicapé à 80% ici pour percevoir une allocation, c’est 50% ailleurs », et dans les détails, « pas de Prestation de compensation du handicap, pas d’Etablissement de services d’aide par le travail (travail dans un environnement privilégié), et l’absence d’Institut médico-éducatif obligent les enfants lourdement handicapés à intégrer une Classe pour l’inclusion scolaire » (CLIS).

Ce sont ensuite les familles d’enfants handicapés membres de l’Association départementale de parents et amis de personnes handicapées mentales (ADAPEI) qui prenaient le relai : « les jeunes handicapés de plus de 16 ans ne sont intégrés dans aucune structure. Il faut arrêter de s’abriter derrière la solidarité mahoraise : les parents travaillent et les grands-parents ne sont, eux non plus, pas pris en charge ! ».

Les familles à qui elle avait promis de venir à Mayotte
Les familles à qui elle avait promis de venir à Mayotte

Un déplacement impossible

Mais le handicap à Mayotte, c’est aussi un paradoxe : des enfants appareillés qui vivent dans des cases inaccessibles, même à pied en saison des pluies, pris en charge par la MPH mais pas par l’association Toioussi, spécialisée dans le handicap, par impossibilité d’accès du moindre transport. Yvette Matthieu, ambassadeur du défenseur des droits en visite à Mayotte l’année dernière l’avait constaté.

Devant cette mission qui semble relever de l’impossible, Marie-Arlette Carlotti assure vouloir relever le défi : « tout remettre à plat et agir en deux temps : décliner à Mayotte les points des Plans existants et lancer un travail de rattrapage » avant de rajouter « si ce n’est pas trop cher ! ». L’échéance : « être prêt fin 2014 ».

Passage pour piéton et trottoir de droite fraichement aménagé... et à gauche un muret attend le fauteuil roulant... devant le Conseil général
Passage pour piéton et trottoir de droite fraichement aménagé… et à gauche un muret attend le fauteuil roulant… devant le Conseil général

L’Etat œuvre déjà rappelle son entourage, « création de 44 places de 2010 à 2013 dans les établissements spécialisés à Mayotte, et 60 en prévision jusqu’en 2016 », pour un coût de 5 millions d’euros.

Le préfet Jacques Witkowski proposait d’adapter le volume restant d’emplois d’avenir pour répondre aux besoins en personnel dans ce domaine.

« Le quotidien est un enfer pour les personnes handicapées à Mayotte où les services publics et les trottoirs ne sont toujours pas adaptés » concluaient les familles.

Anne Perzo-Lafond

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139522
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139522
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139522
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139522
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139522
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139522
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...