26.9 C
Dzaoudzi
lundi 6 février 2023
AccueilEconomieParc Naturel Marin de Mayotte : un touriste «conso-acteur»

Parc Naturel Marin de Mayotte : un touriste «conso-acteur»

Les 3èmes Journées du Parc Naturel Marin ont été centrées sur le tourisme, un secteur qui n’a jamais décollé à Mayotte. Une implication de la population est inévitable, autour des activités traditionnelles.

Participer à la pèche au djarifa
Participer à la pèche au djarifa

« Les gens ne viennent pas à Mayotte pour voir des cocotiers ! », analyse Michel Ahmed, directeur du Comité départemental du Tourisme (CDTM) lors de la restitution des 3èmes  Journées du Parc Naturel Marin de Mayotte des 5 et 6 décembre. La volonté de proposer un tourisme différent animait donc les ateliers, axés cette année sur le thème « Garantir des activités récréatives organisées et en harmonie avec les écosystèmes marins ».

Un Parc Naturel Marin est une aire marine protégée destinée à protéger les écosystèmes qui le composent et à proposer un développement des activités liées à la mer en cohérence avec sa protection.

La France compte en 2013 cinq parcs naturels marins. Le premier fut créé en Iroise (Bretagne) en septembre 2007, et Mayotte, 2010, est le premier parc naturel marin en outre-mer.

Les acteurs locaux en assurent la gouvernance à travers le conseil de gestion. Il est présidé à Mayotte par Maoulida Soula, par ailleurs président du Syndicat intercommunal d’eau et d’assainissement. L’Agence des Aires marines protégées apporte les moyens humains et financiers, « 2M€ ont été alloués au Parc naturel Marin de Mayotte en 2013 », nous confie Cécile Perron, sa directrice déléguée.

Le lagon, nombril de Mayotte

Michel Ahmed
Michel Ahmed

Mais on le sait, à Mayotte, il est difficile de développer le tourisme si la population ne s’implique pas. « Commençons par apprendre aux enfants à nager en créant notamment des piscines d’eau de mer », proposait Yvan Borie, club Ololo, qui a enseigné la voile à des dizaines de jeunes Mahorais qui ont ensuite basculé sur planches à voile. Mais la source s’étant tarie avec les finances des collectivités, les jeunes se retrouvent sans support.

L’implication des municipalités a été soulignée dans la plupart des ateliers, « depuis que Bandrélé a décidé d’organiser un rassemblement de pirogues, les plages sont mieux entretenues. Et une activité soutenue y décourage la délinquance ». La poursuite des activités scolaires liées à la mer est avancée comme un maillon clé.

L’atout de Mayotte, c’est son lagon : « Il va devenir le point central de notre communication, la raison pour un touriste de se déplacer. Nous pouvons devenir une des principales destinations mondiales en matière de plongée », déclarait Michel Ahmed qui décrivait le touriste de ce début du XXIe siècle, « à la fois consommateur et acteur ».

Tourisme chez l’habitant

C’est pourquoi un programme type sera défini, calqué sur « pêche au djarifa (toile) pendant la journée, puis dîner chez l’habitant le soir, ce qui nécessite une implication de la population ».

Eric Bellais et Régis Masseaux
Eric Bellais et Régis Masseaux

Et les professionnels s’en mêlent sous les visages de deux « poids lourds » : Eric Bellais, Ecole d’Application maritime, et Régis Masseaux, Cap’tain Allendor. Leurs offres sont multiples : « embarquement des touristes à bord de long liners (gros navires de pêches, ndlr), découvertes de métiers de la mer comme l’écloserie ou la fabrication du sel, participer à des dégustations ventes de produits typiques, visites d’installations aquacoles, etc. »

Un programme qui passe par la formation, « avec respect des horaires, accueil de qualité » et la labellisation des professionnels, ce qui ne sera pas chose facile pour tous, « les touristes doivent s’être enrichis ».

La maîtrise de la langue est, osons l’écrire, le b-a ba d’un plan qui est susceptible de créer de nombreux emplois pour la population locale qui doit se retrousser les manches pour ne pas laisser passer le train, et crier ensuite à l’accaparement des postes par des Métropolitains.

Si le Parc Naturel Marin réussit la gageure de développer quelques axes forts, il redorera son blason auprès des professionnels du lagon, comme les clubs de plongée, qui ont déserté les ateliers pour « avoir été déçus des actions entreprises jusqu’alors ».

Anne Perzo-Lafond

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139510
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139510
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139510
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139510
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139510
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139510
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...