24.9 C
Dzaoudzi
vendredi 3 février 2023
AccueilEconomieLe SMIG mahorais en voie de rattrapage du SMIC

Le SMIG mahorais en voie de rattrapage du SMIC

+2,2%, c’est la réévaluation du SMIG mahorais. Un effort que Noussoura Soulaimana du syndicat CFE CGC juge insuffisant au regard des handicaps socioéconomiques mahorais. Il appelle à un sursaut.

Noussoura Soulaimana, vigile des avancées sociales du département
Noussoura Soulaimana, vigile des avancées sociales du département

La Commission consultative du travail présidée par le préfet s’est réunie ce jeudi après midi : il s’agissait de fixer un  nouveau montant du SMIG mahorais qui, avec 7,11€ brut de l’heure, atteint désormais 98,7% du SMIC national, en équivalent net.

Mayotte vit en effet toujours avec son Salaire minimum garanti (SMIG) au rythme des 39h contre 35h en métropole dont le salaire de base est un Salaire minimum de croissance (SMIC).

Le SMIG est donc réévalué de 2,2% à Mayotte au 1er janvier 2014, quand à cette date le SMIC national le sera de 1,1%. En effet, « le gouvernement s’est engagé à ramener le SMIG mensuel net à Mayotte au niveau du SMIC net mensuel national et ce, au 01/01/2015 » rappelle la préfecture de Mayotte.

Ce qui ne réjouit pas pour autant Noussoura Soulaimana, président de la CFE-CGC Mayotte, qui rappelle combien le salarié mahorais est déshérité : « il travaille 4h de plus et n’est pas payé à égalité », alors que le coût de la vie sur l’île est plus cher, « au moins 3 fois plus qu’en métropole »,  et que l’espérance de vie y est moins importante.

Mais il rappelle surtout la pression sociale que supporte ce salarié du fait du montant du chômage « dépassant les 60% ». En réalité, cinq à six personnes vivent sur ce salaire à Mayotte.

Ajouté à un accès aux soins problématique, et « face à cet état de crise et de tension sociale visible », Noussoura appelle « à un vrai plan de développement économique et social sur 10 voir 15 ans ». C’est d’ailleurs l’objet de son accord cadre  qui a reçu l’appui de la plupart des élus mahorais, portant notamment sur la mobilisation des moyens pour la formation initiale et la formation des cadres mahorais, la normalisation de la protection sociale.

Une première étape serait logiquement « l’extension des conventions collectives dans les entreprises ».

Anne Perzo-Lafond

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

2 Commentaires

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139519
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139519
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139519
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139519
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139519
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139519
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...