29.9 C
Dzaoudzi
mercredi 1 février 2023
AccueilOcéan IndienMadagascar : aux urnes

Madagascar : aux urnes

SAM_1283
Hery Rajaonarimampianina (au centre, à gauche) lors de son dernier meeting mercredi avec le président de la transition Andry Rajoelina (au centre, à droite). Crédits photo : Balthazar M’Zé

La sortie de transition est proche pour Madagascar. Près de 8 millions d’électeurs sont appelés aux urnes pour le deuxième tour de l’élection présidentielle, après 4 ans de pouvoir de transition.

Près de deux mois après le premier tour du 21 octobre, les Malgaches sont appelés aux urnes aujourd’hui pour élire leur nouveau président. Le duel oppose le Jean-Louis Robinson et Hery Rajaonarimampianina, arrivé en tête parmi 33 candidats. Dans la rue on raccourcit les noms, pour que le slogan sonne mieux, que les candidats soient identifiables:  c’est Hery contre Robinson.

Les deux finalistes ont beaucoup de points en commun. Tous les deux ont représenté leur profession. Hery a été président des experts-comptables, Robinson de l’ordre des médecins. Ils ont été ministres et bénéficient du soutien d’un an de deux anciens hommes forts du pays. Hery bénéficie du soutien du président de la transition non élu, Andry Rajoelina. Il a été son ministre des Finances et du Budget. Il occupe actuellement le poste de président du directoire d’Air Madagacar.

SAM_1209
Jean-Louis Robinson lors de son dernier meeting mercredi, accompagné de Lalao Ravalomanana, la femme de l’ancien président. Crédits photo : Balthazar M’Zé

Robinson a eu le maroquin de la Santé durant le mandat de Ravolamanana, dernier président élu de la Grande Île, en 2006. De double nationalité, malgache et française, Robinson n’a été soutenu qu’au dernier moment par Ravalomanana, faute de pouvoir se présenter lui-même ou sa femme. L’indépendance des deux candidats vis-à-vis de leurs soutiens est faible. Plus que des mentors, Rajoelina et Ravalomanana sont les véritables acteurs du scrutin.

7, 8 millions d’électeurs sont appelés aux urnes dans 20 001 bureaux de votes ouverts dans l’île. Comme lors du premier tour, l’élection sera supervisée par la Commission électorale nationale indépendante de la Transition, la Cenit, assistée d’observateur nationaux et internationaux. Aucune fraude massive n’a été relevée lors du 1er tour de l’élection.

A.L.

Photo de Une : archive, premier tour à Antsirabe, Axel Lebruman

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139522
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139522
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139522
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139522
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139522
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139522
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...