30.9 C
Dzaoudzi
jeudi 2 février 2023
AccueilSociétéLes premiers mots du nouveau Procureur

Les premiers mots du nouveau Procureur

L’ensemble des autorités civiles et militaires de Mayotte avait fait le déplacement au tribunal de Mamoudzou ce matin pour l’installation du nouveau Procureur de la République. L’occasion pour lui d’esquisser ses objectifs et de recevoir des conseils amicaux.

Joël Garrigue, le Procureur nouvellement installé
Joël Garrigue, le Procureur nouvellement installé

«L’installation d’un procureur, le premier depuis la départementalisation, est un événement majeur dans la vie judiciaire de Mayotte», indiquait Marie-Laure Piazza, la présidente du Tribunal de Grande Instance (TGI) de Mayotte ce matin. De fait, la salle d’audience de Kaweni, trop petite pour l’événement, rassemblait l’ensemble des autorités judicaire et préfectorale, des élus, les magistrats, les avocats, les greffiers, les fonctionnaires de l’institution judiciaire… Une liste interminable de personnalités et de corps de métier venus saluer la prise de fonction officielle de Joël Garrigue, le nouveau Procureur de la République de Mayotte.
Il remplace Philippe Faisandier, parti à La Réunion, qui a officié à Mayotte les quatre dernières années.

Doter Mayotte d’une juridiction du 21e siècle

Dans un beau réquisitoire, la vice-procureure Véronique Compan invitait le nouveau procureur à «poursuivre l’œuvre édificatrice» entamée par son prédécesseur. En avril 2011, avec la départementalisation, le tribunal de première instance est devenu un TGI, le plus jeune de France. Mais ce n’était pas un aboutissement. Ce matin, la vice-procureure rappelait à Joël Garrigue les multiples chantiers qui l’attendent : «La construction d’un nouveau bâtiment» destiné à ressembler à l’image «d’un véritable tribunal» ou encore, en plus de la réponse judiciaire, «impulser le dynamisme qui manque en matière de prévention de la délinquance».
Elle l’invitait aussi à entamer des réflexions nouvelles sur la place des victimes ou le traitement de l’immigration clandestine que vont permettre les nouvelles dispositions en cours de préparation.

S’attaquer aux receleurs et aux filières d’immigration

Laurence Prampart, substitut du Procureur, également installée ce matin
Laurence Prampart, substitut du Procureur de la République, également installée ce matin

Joël Garrigue est attendu sur ces dossiers, il le sait. Né à Sarlat, diplômé de l’IEP de Paris, il a occupé durant 14 ans des fonctions pénales à Reims, Carcassonne et Montpellier. Arrivé depuis trois semaines, il s’est bien gardé de faire «un discours programme». Mais certaines de ses volontés laissent déjà apparaître certains changements à venir. Pour lui, lutter contre la délinquance, c’est aussi s’attaquer aux receleurs. Lutter contre l’immigration clandestine, c’est viser les «organisateurs des filières d’immigration».

Il est également fermement décidé à s’attaquer à tous les faits qui auraient pour but «de troubler la paix sociale et la sérénité entre les communautés», une référence à l’affaire de la profanation de la mosquée de Labattoir, son premier dossier important.
Quant à la question des violences, il en appelle à la responsabilité «des élus, des enseignants, des parents, des autorités institutionnelles, morales, religieuses et citoyennes». «Mon action est vouée à l’échec si elle reste isolée», a-t-il affirmé.

Pédagogie et humilité

La vice-procureure Véronique Compan rappelait qu’occuper un tel poste à Mayotte implique de concilier deux attitudes. D’abord, «une volonté d’aller de l’avant pour le bien de tous, pour que les lois de la République française s’appliquent et qu’elles soient comprises. Une leçon d’éducation de tous les jours », relevait-elle. La seconde est de faire preuve d’humilité. «Il ne faut pas vouloir révolutionner les choses ou les brusquer.» La politique des petits pas est souvent bien plus judicieuse pour aller de l’avant. Ce message-là, aussi, semble avoir été entendu.

«J’aime les défis», avait confié Joël Garrigue à Véronique Compan il y a quelques semaines. «Vous ne serez pas déçu !» lui a-t-elle répondu ce matin.
RR

Une partie des personnalités qui avaient fait le déplacement pour cette prise de fonction officielle
Une partie des personnalités qui avaient fait le déplacement pour cette prise de fonction officielle

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139122
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139122
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139122
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139122
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139122
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139122
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...