25.9 C
Dzaoudzi
lundi 6 février 2023
AccueilEconomieComment réussir la coopération régionale en étant isolé

Comment réussir la coopération régionale en étant isolé

La venue de Claudine Ledoux, l’ambassadrice de la coopération régionale dans la zone Océan Indien, était l’occasion de faire un point au Conseil général sur les actions engagées. Et sur les freins, liés à la position géopolitique de Mayotte dont les angles tendent à s’arrondir malgré tout.

Claudine Ledoux
Claudine Ledoux

Les entreprises mahoraises renforcent leurs échanges commerciaux vers les îles voisines. La coopération privée est en marche quand l’institutionnelle butte sur de nombreux problèmes. Car Mayotte se sent un peu seule dans sa région : non intégrée dans la COI (Commission de l’Océan Indien*), ce que l’ambassadrice n’avait pas l’air de savoir lorsqu’elle indiquait «représenter Mayotte et la Réunion quand j’y siège”, exclue de représentativité officielle aux Jeux des Iles, et tentant péniblement de remonter un Haut Conseil Paritaire avec l’Union des Comores malgré le différent politique.

Le fait que les Comores considèrent toujours Mayotte comme membre de l’Union des Comores bloque tous les dossiers dépendant des organismes sus cités, et la participation des Mahorais aux jeux des Iles sans hymne national, ni drapeau suscite l’incompréhension sur l’île : «Il n’est pas normal que l’État cautionne cette discrimination ! Il faut faire de ce sujet un préambule à toute discussion avec Corinne Ledoux», indiquait le vice-président du Conseil général Jacques-Martial Henry. Ces conflits cristallisent l’agacement, «la COI est une coquille vide qui n’existe que pour entraver la liberté de conscience, nous nous en passerons !», mais n’a pas entamé les bonnes volontés.

Jacques-Martial Henry lance un appel à souscription pour l'achat d'un navire marchand régional
Jacques-Martial Henry lance un appel à souscription pour l’achat d’un navire marchand régional

En effet, une fois ce constat d’isolement fait, le projet Canal du Mozambique s’est imposé,  «basé  sur le socle commun tissé par des liens culturels et historico-économiques des régions et pays de Nosy Be, Diego et Majunga (Madagascar), Grande-Comore, Anjouan et Mohéli (Union des Comores), Tanzanie, Mozambique et Mayotte», détaillait Michel Ahamed, directeur du Comité du Tourisme à Claudine Ledoux. La participation des trois îles sœurs des Comores est bien la preuve pour les organisateurs que l’économie peut transcender le politique, et la coopération privée tenter de prendre le pas sur l’institutionnelle. Mais les deux sont étroitement imbriquées…

Les petits chantiers régionaux font les grandes insertions

En effet, l’organisation de cette opération, tout comme de nombreuses autres, se heurte à la frilosité du gouvernement français en matière de délivrance de visas, «problème récurrent», soulignait Michel Ahamed. Et les situations de blocage vont empirer sur les échanges, soumis désormais aux normes européennes dont sont éloignées les entreprises voisines.

Chantier école de Diana
Chantier école de Diana

«Nous sommes un grand village», se plait à dire Jacques-Martial Henry pour parler de la zone Mozambique-Océan Indien. Cela se vérifie par le chantier école mené par l’OIDF (Organisation Ingénierie Développement Formation) dans la région malgache de Diana, où, grâce au financement commun de 121.000 euros, Conseil général par LADOM, OIDF, Etat par le Fonds de coopération régionale, Mission locale et l’Ecole Polytechnique d’Antsiranana, un bâtiment a pu être réhabilité. 12 jeunes Mahorais de 18-25 ans inscrits à la Mission locale, s’y sont investis et ont pu rebondir : «8 sont partis en formation Bâtiment Travaux publics à l’issue du chantier, un a été employé en CDI dans une entreprise de peinture, un autre s’est engagé dans l’armée», retraçait Asna, OIDF.

Un bel exemple de réussite «gagnant-gagnant», leitmotiv européen en matière de coopération régionale, dont les fonds sont prêts pour ce genre de projets, comme sur le projet Franco jeunes ou de pêche en mer avec Green Fish.

«Je suis ici pour rencontrer les acteurs de la coopération régionale», commentait Claudine Ledoux. Ces derniers attendent désormais qu’elle les aide à entrouvrir les portes en remontant les demandes à Paris.

Anne Perzo-Lafond

* La COI est composée de cinq Etats, Seychelles, Maurice, Madagascar, Comores et France par l’île de la Réunion

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139518
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139518
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139518
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139518
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139518
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139518
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...