25.9 C
Dzaoudzi
lundi 6 février 2023
AccueilEconomieCarburant : levée des réquisitions

Carburant : levée des réquisitions

C’est un bras de fer sans précédent d’un gouvernement contre les compagnies pétrolières qui vient de se conclure. Les tensions se sont apaisées alors que les annonces de Victorin Lurel se sont concrétisées.

La pérennité d'emploi des pompistes assurée
La pérennité d’emploi des pompistes assurée

Les arrêtés de méthode à peine publiés au Journal Officiel, les préfets ont commencé à travailler avec les compagnies à la fixation des prix. A Mayotte, et après discussion avec le directeur local de Total ce jeudi, un projet d’arrêté préfectoral est prêt et va être envoyé au ministère des Outremers pour avis.

«Le Parlement a décidé», tranchait le ministre Lurel qui a toujours affirmé avoir «écouté les pétroliers». Total Mayotte rouvrait ses stations, la réquisition préfectorale est par conséquent levée.

C’est une bonne nouvelle aussi pour les autres départements ultramarins. Si La Réunion ne connaissait plus de blocage depuis dimanche dernier, ce n’était pas le cas en Guyane, Guadeloupe et Martinique.

Ces arrêtés de méthode donnent la marche à suivre pour déterminer les prix à l’importation des produits pétroliers et gaziers, puis les marges de gros, les marges de détail et pour finir, les prix de vente à la pompe.

Une avancée contre la vie chère

Le taux de rémunération appliqué à ces produits est fixé à 9%, là où les marges étaient le plus communément annoncées entre 14% et 22% dans les Outremers. Pour la vingtaine de parlementaires ultramarins, dont le Mahorais Ibrahim Aboubacar, qui menaient la fronde aux côtés du gouvernement, l’économie sera de 26 millions d’euros sur une filière qui dégage 99 millions d’euros de bénéfices nets chaque année. «Les économies ainsi réalisées en amont permettront de dégager une économie concrète à la pompe au profit de chaque consommateur d’outre-mer».

«Les consommateurs devraient ainsi bénéficier d’une baisse de 4 à 10 centimes par litre», indiquait le préfet de Mayotte Jacques Witkowski, si les cours mondiaux restent constants.

Les marges de gros seront préservées ainsi que celles des stations service. Et si la marge de détail peut être révisée en fonction de l’augmentation des prix, c’est sous une condition, celle «du maintien des emplois de pompistes».

Anne Perzo-Lafond

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139510
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139510
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139510
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139510
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139510
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139510
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...