26.9 C
Dzaoudzi
mercredi 8 février 2023
AccueilSociétéLa vie du département

La vie du département

Les 19 conseillers généraux avaient à se prononcer jeudi dernier en Séance plénière sur une dizaine de rapports qui traduisent les transformations du territoire de Mayotte. Il doit à la fois se rapprocher du droit commun français et des acquis communautaires européens. Nous avons d’ailleurs déjà retracé l’adoption de l’octroi de mer. Deux autres ont focalisé les échanges.

La délinquance une affaire politique

Zaidou Tavanday
Zaidou Tavanday

En préambule de la Session, Zaïdou Tavanday, conseiller général UMP de Mamoudzou 2, d’opposition, émettait une motion destinée à demander au gouvernement davantage de moyens affectés à la lutte contre la délinquance dont l’aggravation a été chiffrée cette semaine. Le classement de l’île en Zone de Sécurité Prioritaire a été demandé. «A Marseille, les Zones de Sécurité prioritaire n’ont pas eu raison de la délinquance», remarquait Said Omar Oili, conseiller général également d’opposition mais Nema (gauche).

«Motion politique et partisane», décrétait Raos, élu Parti social Mahorais de la majorité, candidat aux municipales à Koungou, qui appelait à un vote utile en sa faveur en mars, en sachant que la séance était retransmise en direct à la télévision. Il se retrouvait isolé par le président Daniel Zaïdani reprochant des positions trop circonstanciées, qui appelait à voter, «dans l’intérêt de la population» pour le texte. La parole juste revient à Saïd Salime, majorité, qui rappelait que la prévention est justement une des prérogatives du Conseil général : «votez plutôt des budgets pour les associations qui œuvrent sur le terrain auprès des jeunes !» Une affaire de politique en effet au sens noble du terme.

La motion était adoptée à l’unanimité moins une voix, celle de Raos.

Les élus contre l’exclusivité territoriale de la carte de séjour

Quelque soit son bord politique, le gouvernement fait régulièrement passer dans les DOM en général, et à Mayotte en particulier, les textes les plus importants en procédure d’urgence. Alors que le recours à des spécialistes nécessite du temps. C’est le cas du projet d’ordonnance étendant à Mayotte le Code de l’entrée et du séjour des étrangers au droit d’asile (CESEDA). Le délai de quinze jours étant dépassé pour rendre l’avis, «il est réputé favorable», nous avait indiqué la préfecture.Acte naissance titre séjour

L’extension du droit des étrangers est à l’image du Pacte pour la départementalisation, «progressive et adaptée». Un parallèle dont les élus ne se plaignent pas cette fois ci, face à leur crainte de voir le département peuplé majoritairement de ressortissants étrangers.

En matière d’avancées, on note la mise en place du regroupement familial, la création de nouveaux titres de séjour comme la carte de résident longue durée-CE qui permet de se rendre dans d’autres Etats membres de l’Union européenne ou la facilitation de carte de résident de 10 ans pour les conjoints et parents de Français ou encore le visa long séjour. Le projet d’ordonnance place toujours Mayotte hors de l’espace Schengen (dispense de visas) mais crée à Mayotte un Observatoire de l’Immigration.

Plusieurs «adaptations» sont prévues pour Mayotte : le territoire ne bénéficiera pas de Commission de titre de séjour en raison d’«un nombre élevé de demandes de régularisation», ni de suspension de l’expulsion lors d’un recours de l’étranger reconduit. Ces deux exceptions concernent aussi la Guyane.

Les élus s'opposent à la carte de séjour spécifique à Mayotte
Les élus s’opposent à la carte de séjour spécifique à Mayotte

De la même manière, un étranger expulsé ne peut toujours pas demander un jour de délai (jour franc), «en raison d’arrivée fréquentes d’embarcations de fortune transportant plusieurs dizaine de passagers qui sont réadmis dans les 24h par les autorités comoriennes», mais passera toujours par le Centre de rétention. L’arrivée de ces kwassas est aussi l’objet d’articles qui autorisent leur destruction et l’inspection de véhicules sur une zone d’un kilomètre au dessus du littoral.

Une adaptation permet de délivrer une carte de séjour aux jeunes de moins de 13 ans entrés à Mayotte avec un parent en situation régulière… un nombre réduit de cas.

Une sorte d’aide au retour volontaire est proposée à travers une aide à la réinsertion économique, projet à la clef, et une aide financière aux étrangers regagnant leur pays accompagnés d’un ou plusieurs enfants mineurs à charge. «Ça a généré le trafic de Roms que l’on connaît !» mettait en garde Said Omar Oili.

Un article concentrait la réprobation des élus : celui qui stipule toujours que «les cartes de séjour délivrées à Mayotte ne permettent le séjour qu’à Mayotte». «La population clandestine reste cantonnée sur le territoire», reprochait Daniel Zaïdani. «Ca nuit à la mixité sociale en métropole !» relevait sarcastique un autre élu. Demande unanime de retrait de cet article… Mais nous sommes hors délai.

Soulignons pour finir, la création d’un Observatoire départemental de la protection de l’enfance de Mayotte (OPEMA).

Anne Perzo-Lafond

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139522
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139522
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139522
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139522
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139522
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139522
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...