25.9 C
Dzaoudzi
lundi 30 janvier 2023
AccueilSantéDengue : appel à la mobilisation pour éviter la propagation

Dengue : appel à la mobilisation pour éviter la propagation

Vous devez vous sentir concernés pour éviter le pire. C’est le message de l’ARS pour que la dengue ne se transforme en épidémie à Mayotte. De nouveau cas «autochtones» ont été diagnostiqués.

Distribution géographique des cas de dengue à Mayotte au 28 févrierAttention, la dengue à Mayotte a changé de nature. Ce ne sont plus seulement les voyageurs qui sont concernés. Sur les sept nouveaux cas dépistés ces deux dernières semaines, six sont des cas «autochtones», les patients ont contracté la maladie dans notre département.
L’Agence régionale de Santé (ARS) a pu établir, pour la première fois, une cartographie de la maladie à Mayotte. On enregistre des cas à Bandrélé, Ouangani ou vers Bandraboua mais c’est surtout dans l’agglomération de Mamoudzou et sur Petite-Terre que les cas se concentrent.
«La dernière épidémie à Mayotte remonte à 2010 avec 150 cas, relève Chantal de Singly, la directrice de l’ARS Océan indien. Aujourd’hui, on en est encore loin, mais ce qui nous préoccupe, c’est d’éviter d’atteindre un tel niveau voire le dépasser».

Sept patients hospitalisés

Sylvain Lerasle, conseiller médical de l'ARS, participe à la communication massive voulue par l'Agence
Sylvain Lerasle, conseiller médical de l’ARS, participe à la communication massive voulue par l’Agence

Sur les 26 cas recensés à Mayotte depuis début janvier, sept ont nécessité une hospitalisation. Car s’il n’y a pas de traitement spécifique, la dengue n’est pas une maladie bénigne. Les cas se multipliant, la possibilité d’avoir des cas graves augmente. «Dans 1% des cas, la maladie peut être grave, c’est ce qu’on appelle la dengue hémorragique qui peut être mortelle, explique le Dr Sylvain Lerasle, conseiller médical de l’ARS. Ce cas de figure concerne surtout les enfants et les personnes fragiles.»

Pour éviter la multiplication des cas, l’ARS a mené des enquêtes autour des malades pour savoir si des personnes de leur entourage n’avaient pas été infectées elles-aussi. Avec les visites de prévention, ce sont à ce jour 5.672 visites de maisons qui ont été effectuées. Pour les agents de la lutte anti-vectorielle (LAV), il s’agit de procéder à des démoustications mais aussi d’insister sur la nécessité d’éliminer les zones ou les larves de moustiques se développent.
«Les deux moustiques qui véhiculent le virus de la dengue passent des œufs au moustique adulte en sept jours, précise Betty Zumbo, responsable de la LAV à l’ARS. Ça va très vite. Et comme les larves se développent dans de petits endroits, sous-coupes de pots de fleurs, canettes, feuilles de bananier ou des trous dans des troncs d’arbres, tout le monde doit être attentif pour éviter la prolifération.»

Tous concernés

Et tout le monde est appelé à la rescousse. D’abord, les municipalités comme à Kaweni où plusieurs cas ont été diagnostiqués. Des agents de la ville de Mamoudzou ont été mobilisés pour des opérations de nettoyage. Des «relais d’opinion» ont également été sollicités pour faire passer le message comme dans les mosquées ou les associations de femmes. A présent, l’ARS veut que toute la population se sente concernée. Spots radio et affichage, tout est fait pour que la maladie ne passe pas au stade épidémique.
Vous savez donc ce qui vous reste à faire : éliminer les points d’eau stagnante et vous protéger des piqûres avec des sprays répulsifs et en dormant sous une moustiquaire. Enfin, en cas de forte fièvre et de douleurs articulaires ou musculaires, consultez immédiatement un médecin.
RR

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139114
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139114
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139114
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139114
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139114
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139114
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...