26.9 C
Dzaoudzi
mercredi 8 février 2023
AccueilslideElections : les Mahoraises n'ont pas à rougir...

Elections : les Mahoraises n’ont pas à rougir…

Les têtes de liste ne se féminisent pas vraiment en métropole. A Mayotte, les femmes sont traditionnellement sur le devant de la scène publique, moins dans les arcanes du pouvoir… Un phénomène en pleine évolution.

Le médecin Ramlati Ali, actuelle maire de Dzaoudzi-Labattoir
Le médecin Ramlati Ali, actuelle maire de Pamandzi

Elles s’appellent Anchya Bamana, Faoulati Sandi, Achiaty Attoumani, Toyfati Ahamadi Ali, Hafifa Daoud  Aida M’colo Boura ou Hanima Ibrahima… Elles sont toutes têtes de liste à Sada, Mtsamboro, Koungou, Pamandzi ou Chirongui défendant des couleurs aussi variées que PS, UMP, Sans étiquette ou Front national (l’unique liste de l’île !).

«La femme est souvent la première à descendre dans la rue pour défendre les intérêts de la population, mais vite remisée aux fourneaux dès qu’il s’agit de représentativité politique», indique l’une d’elle.

Actuellement, deux femmes sont maires à Mayotte, Ramlati Ali à Pamandzi qui n’a pu se représenter en raison d’invalidation de ses comptes de campagne des législatives de 2012, et Hanima Ibrahima (Roukia Lahadji) à Chirongui, qui postule à sa propre succession.

77 listes à Mayotte dont 7 menées par des femmes, cela peut paraître faible. Mais ce taux de 9% est à remettre sur une perspective nationale : 17% des têtes de liste sont des femmes, constate le Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes. Un pourcentage équivalent aux municipales de 2008, ce qui peut paraître faible en métropole, surtout qu’elles sont présentes pour un tiers dans les petites communes de moins de 1.000 habitants. Un chiffre que dépassent toutes les communes de Mayotte, où les candidates postulent dans les plus importantes.

Et en zoomant sur l’hexagone, des différences sont mises en valeur : dans les Landes par exemple, le chiffre de candidates, leader de leur liste, avoisine les 12%, Mayotte n’a donc pas à rougir…

Marianne de 1848 exposée au Sénat
Marianne (1848) exposée au Sénat

Pour accéder à une meilleure parité au sein des conseils municipaux, et pour préparer le terrain des élections à venir, les communes de plus de 1.000 habitants sont contraintes, cette année, à une alternance homme-femme sur leurs listes.

A.P-L.

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139522
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139522
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139522
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139522
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139522
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139522
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...