26.9 C
Dzaoudzi
dimanche 29 janvier 2023
AccueilPolitiqueMunicipales 2014 : Un paysage politique local morcelé

Municipales 2014 : Un paysage politique local morcelé

Les figures, les forces politiques, et la grande dispersion des voix : que retenir du premier tour des élections municipales 2014 à Mayotte.

Dans le bureau centralisateur de Mamoudzou, dimanche 23 mars au soir
Dans le bureau centralisateur de Mamoudzou, dimanche 23 mars au soir

La dispersion des voix sur l’ensemble des listes amène à une situation qu’on ne retrouve dans nul autre département à l’issue du premier tour des municipales 2014 à Mayotte.
Certes, à Sada et Dzaoudzi, les jeux sont faits, avec une élection qui s’est jouée dès ce premier tour.
Mais dans les 15 autres communes, le paysage politique est grandement morcelé. 71 listes étaient en compétition dans ces 15 villes. A l’issue de ce premier tour, il n’y a en a que 15 éliminées car ne dépassant pas le seuil des 10%.
Cela signifie qu’il reste encore 56 listes qui peuvent se maintenir : en regardant les résultats, on pourrait avoir six triangulaires, sept quadrangulaire et même deux quinquangulaires : à Koungou et Mamoudzou, cinq listes peuvent se maintenir !

Tout au long de la journée et jusqu’à demain mardi, des négociations vont agiter le microcosme politique local. Les listes qui ont dépassé les 10% peuvent en effet fusionner pour se présenter au second tour. Le paysage pourrait donc se recomposer autour d’alliances : affinités, amitiés, étiquettes politiques devraient jouer à plein… pas sûr, dans cette mesure, que les discussions autour des programmes soient véritablement l’enjeu central.

Après le dépouillement, le retour du matériel électoral à la mairie de Mamoudzou
Après le dépouillement, le retour du matériel électoral à la mairie de Mamoudzou

Les forces politiques.
L’UMP avait déjà démontré sa capacité d’organisation en présentant le plus grand nombre de listes dans notre département. Ce premier tour des élections municipales a de quoi soulager le parti après un long déclin électoral à Mayotte. A Sada, sa candidate passe au 1er tour, quatre autres têtes de listes sont en pole position, sept occupent la deuxième place. Malgré les dissidences, l’étiquette UMP confirme donc qu’elle reste porteuse dans notre département. Rien n’est joué, pour autant, pour le second tour : les alliances avec le centre et des divers droites sont possibles mais d’autres alliances du type «Tout sauf l’UMP» pourraient aussi s’organiser.

La grosse désillusion de la journée électorale est pour le MDM. Le Mouvement pour le développement de Mayotte fait des scores très décevants aux vues de ses ambitions, ne parvenant pas à se hisser en tête de ce premier tour dans la moindre commune. Sur Petite-Terre, la liste MDM (avec Daniel Zaïdani en 21e position) n’est qu’en 3e position avec 22,4% à Pamandzi. Celle de Dzaoudzi, portée par le maire sortant, est balayée avec 27% par la victoire au 1er tour de Saïd Omar Oili.
La position la plus favorable semble être celle d’Ibrahim Boinahery à Tsingoni, le maire sortant et président de l’association de maires est en deuxième position à 12 voix de l’UMP.

De nombreuses listes «sans étiquette» font de très bon scores et bousculent les états-majors. Quant au PS, malgré ses trois parlementaires, son implantation locale reste fragile. De nombreux candidats ont en effet choisi de ne pas afficher le nom du parti, préférant porter des «alliances» de gauche.

Les figures.
Anchya Bamana (UMP) est élue au premier tour à Sada mais sa courte victoire avec à peine 32 voix d’avance ne la place pas en position de force, sa légitimité, fragile, ne manquera d’être mise en question par ses opposants.

Le grand gagnant de la soirée est donc Saïd Omar Oili (NEMA), dont on subodorait une possible victoire dès le premier tour. Il emporte tout avec 60% des suffrages, provoquant cette remarque amère de Daniel Zaïdani sur Mayotte 1ère ce dimanche soir : «J’espère qu’il ne va pas gérer la commune de Dzaoudzi-Labattoir comme il a géré le Conseil général.»
Saïd Omar Oili inflige la seule défaite à un maire sortant lors de ce premier tour, le MDM Mohamadi Bacar Mcolo.

Retour des urnes et des bulletins dans le bureau centralisateur de mamoudzou hier soir
Retour des urnes et des bulletins dans le bureau centralisateur de Mamoudzou hier soir

Deux maires ratent de peu leur réélection : Fahardine Ahamada (PS) à Bandraboua avec 47,65% et Ali Ahmed-Combo (UMP) à Ouangani avec 48% ses suffrages. A Tsingoni, Mamoudzou, Mtsangamouji, les maires sortants sont au coude-à-coude avec leur principal challenger. Ils semblent en revanche en difficulté à Bandrélé et Dembéni, deux villes dans lesquelles ils se font distancer.

Deux communes à part.
Koungou avait la particularité de détenir le record du nombre de candidats avec neuf listes en lice pour ce 1er tour. Le maire sortant, Assani Bamcolo arrive en tête avec 22,29% alors l’ancien maire (de 2001 à 2008) Saïd Ahamadi «Raos» ne cachait pas sa déception hier soir avec seulement 14,36%, en troisième position derrière la liste UMP. Autre ancien maire à se présenter dans la commune, Ahmed Souffou, déchu de son mandat en 2011 : il rate son retour avec 8,92%.

A Mamoudzou, ce sont les radiations d’électeurs qui jettent un trouble sur le scrutin. Au-delà des résultats, de nombreuses voix s’élèvent depuis hier soir pour faire remarquer que dans cette ville de 52.000 habitants, on ne comptait plus que 11.060 inscrits contre 13.603 en 2012, avant la vague de réinscriptions effectuée au tribunal d’hier. Avec 6.009 suffrages exprimés hier, il aurait suffi d’obtenir 3.000 voix pour être élu. Là encore, la légitimité démocratique de la prochaine équipe municipale sera, sans nul doute, en question.

Et maintenant.
Les listes qui vont se présenter au second tour des municipales, qu’elles soient intégralement maintenues ou recomposées, devront être déposées par les candidats à la préfecture de Mayotte avant demain mardi 18 heures.
Pour bénéficier du dispositif d’envoi postal, la date limite de remise des professions de foi et des bulletins de vote par les candidats au président de la commission de propagande est fixée au mercredi 26 mars 2014 à 12 heures.
La campagne électorale est déjà ouverte et elle prendra fin samedi 29 mars 2014 à minuit.
Si les réunions publiques sont autorisées jusqu’à samedi à minuit, la distribution de tracts devra s’interrompre vendredi soir.
RR

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139126
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139126
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139126
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139126
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139126
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139126
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...