26.9 C
Dzaoudzi
mercredi 8 février 2023
AccueilPolitiqueEurope, mon désamour

Europe, mon désamour

Le dépôt des listes est bouclé pour les élections européennes du 25 mai*. Ni en Outre-mer, ni en métropole, le scrutin passionne. Un désamour paradoxal alors que 80 % des textes de lois françaises sont issus de textes européens, votés par le Parlement.

Parlement européenQuelle est la différence  entre un député français et un député européen ? Évident, le premier vote les lois françaises, le second les lois européennes. C’est ça, mais pas exactement… Première différence, au niveau de la représentation des citoyens européens, ce n’est pas la panacée. Le député continental a derrière son mandat électoral beaucoup plus de monde que le député national. Un député européen représente  près de 700.000 citoyens, un député français, environ 100.000. Si on applique le ratio français au niveau du parlement européen, les séances plénières strasbourgeoises se dérouleraient avec plus de 5.000 élus… Ingérable.

Trois députés, trois océans

Le paroxysme de cette “suprareprésentation” est probablement l’Outre-mer français. Trois océans, pour trois députés ! Qui dit mieux ? Difficile dans ces conditions de réaliser d’arpenter les marchés de la Nouvelle-Calédonie à la Guadeloupe en passant par Mayotte et la Réunion avant un petit crochet par Saint-Pierre et Miquelon.

Autres sources de désintérêt pour ces élections : le recasage des anciennes gloires de la politique au Parlement européen. Michèle Alliot-Marie, ex-députée, ex-titulaire de multiples portefeuilles ministériels n’a plus de mandats après avoir été battue aux dernières élections législatives. “Je vais perdre de l’argent en allant au Parlement européen”, a-t-elle déclaré sur I-Télé, le 30 avril.

Rares sont les têtes de liste spécialistes des institutions européennes. L’Outre-mer fait exception en ce sens. Le député sortant de la section Océan indien, Younouss Omarjee (Front de Gauche), est un pur produit du Parlement, il y travaille depuis 2004, d’abord en tant qu’assistant parlementaire de Paul Vergès.  Maurice Ponga, la tête de liste UMP, originaire de Nouvelle-Calédonie est également candidat à sa propre succession.

Les institutions européennes de Strasbourg et Bruxelles sont à plus de 8.000 km de Mayotte, mais ne sont probablement pas plus compréhensibles que les choix budgétaires de beaucoup de communes mahoraises. La grosse différence entre les députés européens avec la plupart des députés nationaux est qu’ils n’ont pas de pouvoir d’initiative législative. C’est l’apanage de la commission européenne, dont les membres sont nommés par les États membres, mais ne sont pas leur représentant.

Le triangle institutionnel

Trois institutions rythment la prise de décision de l’UE. La Commission européenne a certes, l’initiative législative, c’est-à-dire qu’elle propose les textes de lois européennes, mais ne décide pas seule de l’application des textes européens. Le Parlement et le Conseil européen, composé de ministres des 28 États membres de l’UE, ont le rôle de co-législateur, ils peuvent amender les textes. Une fois le texte adopté, c’est la Commission qui veille à leur application par les États membres. En résumé, le Conseil représente l’intérêt des États membres, la Commission est le défenseur de l’intérêt communautaire et le Parlement celui des citoyens européens.

Grande nouveauté lors de la prochaine élection européenne : le Parlement européen élira le prochain président de la Commission européenne. Un regain démocratique de l’Europe ? Oui, mais cette avancée doit être nuancée. Le Conseil européen, c’est-à-dire, la représentation des 28 souverainetés étatiques aura le dernier mot en avalisant ou en rejetant le nom proposé par le Parlement. Martin Schulz (S & D,  sociaux démocrates) , Jean-Claude Juncker (PPE, centre droit) ou encore José Bové (Les Verts) sont candidats.

A.L.

* Les têtes de liste pour la circonscription Outre-mer (non-exhaustif) sont PS : Philippe Le Constant – UMP : Maurice Pongan (sortant) – FN : Marie-Luce Brasier-Clain – EELV : Yvette Duchemann – Front de Gauche : Younouss Omarjee (sortant) – UDI-Modem : Léonard Sam

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139512
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139512
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139512
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139512
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139512
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139512
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...