30.9 C
Dzaoudzi
jeudi 2 février 2023
AccueilFaits diversCirconcision: 1.000 € d’amende à La Réunion pour un «foundi» mahorais

Circoncision: 1.000 € d’amende à La Réunion pour un «foundi» mahorais

L’affaire avait fait du bruit fin 2012 à La Réunion. Trois enfants avaient été hospitalisés après une circoncision rituelle pratiquée dans une maison d’un quartier de Saint-Pierre. Le parquet avait décidé de poursuivre ce foundi originaire de Mayotte.

(Crédits photo : JIR)
(Crédits photo : JIR)

Une affaire de circoncision devant la justice. Le parquet avait affirmé que le dossier était «suivi au niveau national». Le procureur de Saint-Pierre, Laurent Zuchowicz, était d’ailleurs venu requérir en personne lors des débats, le 9 avril dernier.

L’audience concernait Abdou H., un Mahorais de 54 ans, absent de l’audience, qui était poursuivi pour blessures involontaires avec incapacité inférieure ou égale à 3 mois. L’homme avait blessé trois enfants de 4 à 7 ans en pratiquant une circoncision “marron”, à Saint-Pierre, au sud de La Réunion, le 18 décembre 2012. Mais ce sont les conditions dans lesquelles s’était déroulé ce rite qui ont interpellé la justice. Ce foundi avait utilisé un couteau de type Opinel pour couper les prépuces de ces enfants, «sans anesthésie et dans des conditions d’hygiène qui posent questions», avait dénoncé le procureur.
Trois des quatre frères circoncis ce jour-là avaient dû être hospitalisés et entre 7 et 10 jours d’ITT leur avait été prescrits, comme le rapporte Le Journal de l’Ile de La Réunion.

Un acte chirurgical

Ce procès était surtout pour la justice réunionnaise l’occasion de faire passer un message : «Si ces circoncisions rituelles sont tolérées en France, elles ne peuvent se dérouler sans un minimum de précautions. Il ne s’agit pas d’un acte médical, dans le sens où il n’a pas de vocation thérapeutique, mais il s’agit bien d’acte chirurgical invasif».

Le problème pour la justice réside dans le fait qu’aucun cadre réglementaire ne régit cette pratique dans notre pays. Un flou qui complique les débats entre morale, santé publique, religion et traditions. Plusieurs dignitaires religieux musulmans ont été entendus pour cette affaire. Tous ont indiqué que l’abandon des circoncisions à domicile était encouragé en France, au profit d’une prise en charge en milieu hospitalier. Ce que le père souhaitait faire avant de renoncer pour des questions de coûts.

Blessures involontaires

Pour le procureur, l’hospitalisation de ces enfants relève d’un accident provoqué “par négligence et imprudence” du foundi. “Ces accidents sont tabous mais existent bien. La littérature médicale nous apprend qu’ils peuvent entraîner des amputations du gland, des fistules ou des septicémies”, avait-il justifié. Ici, «pas question de violences, de mise en danger d’autrui ou de pratique illégale de la médecine». Pour autant, selon lui, il y a bien eu blessures involontaires.
«On peut réprouver ces méthodes archaïques mais il n’y a rien de pénalement répréhensible. Le droit n’est pas la morale», avait fait valoir la défense.
Le tribunal a rendu sa décision ce mardi. Le foundi a été condamné à 1.000 euros d’amende.
RR
Le JDM avec le Journal de l’Ile de La Réunion

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139126
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139126
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139126
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139126
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139126
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139126
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...