26.9 C
Dzaoudzi
mercredi 8 février 2023
AccueilSantéCour des comptes: un système de santé «saturé» par l’immigration

Cour des comptes: un système de santé «saturé» par l’immigration

La Cour des Comptes vient de publier, ce jeudi, un rapport sur la situation de la santé publique dans les Outre-mer. Il est globalement très sévère et particulièrement pour Mayotte.

Cour des comptes rapport santéDes “difficultés sanitaires persistantes” pour les 2,7 millions d’habitants de l’Outre-mer et des “systèmes de santé à la peine”. Le rapport de la cour des comptes sur la santé en Outre-mer publié ce jeudi 12 juin est particulièrement sévère. (Voir Le rapport de la Cour des comptes sur la santé dans les Outre-mer)

Si les différents territoires d’Outre-mer connaissent une situation sanitaire “nettement meilleure” que celle qui prévaut dans les pays avoisinants, ils restent confrontés à la présence «importante» des maladies infectieuses et à une «mortalité infantile et maternelle élevée». Pour cette surmortalité, en Guyane comme à Mayotte, le rapport note d’ailleurs que l’objectif de réduire de moitié l’écart constaté avec la métropole paraît hors de portée», compte tenu de “la santé très dégradée des femmes” venues des pays limitrophes qui viennent y accoucher.

Mayotte, un cas à part

Les six pages du rapport consacrées à Mayotte ne sont qu’une immense critique de l’état sanitaire de notre département, un constat sans fard d’une «situation difficile». La seule note positive relève qu’au «fil des décennies, des progrès ont été constatés, notamment avec la réduction spectaculaire du paludisme et de la lèpre, en dépit parfois d’une insuffisance de personnels qualifiés».

Premier problème, la démographie et particulièrement l’immigration clandestine qui «sature un système de santé déjà en soi insuffisant.» Pourtant, «la gravité de la situation sanitaire de Mayotte et les insuffisances de son système de soins ont été mises en lumière de longue date par une succession ininterrompue de rapports», relève la cour.

CHMSi les dépenses de santé représentent à peine le tiers de ce qu’elles sont à La Réunion, «l’ARS et le centre hospitalier améliorent patiemment l’offre de soins», explique le rapport. Mais les annonces n’ont pas toujours été concrétisées. Ainsi, on apprend que le ministère de la santé n’a financé que 371 lits alors qu’il en avait annoncé 500 en 2010.

L’hôpital face à la quasi-disparition de la médecine libérale

Mayotte compte quatre fois moins de médecin qu’en Métropole, avec 88 médecins pour 100.000 habitants, en quasi-totalité à l’hôpital. Les médecins libéraux sont moins de 15 par 100.000 habitants et 10 des 17 communes n’ont pas de généraliste. La cour relève aussi qu’un «généraliste libéral fait fonction d’ophtalmologue, le seul pour plus de 220.000 patients».

«Dans ces conditions, ce sont les dispensaires de l’hôpital qui font face à la quasi-disparition de la médecine libérale»… avec des professionnels trop peu nombreux. La cour cite l’exemple de la gynécologie obstétrique, la néonatalogie et la pédiatrie, où près de 50% des postes hospitaliers sont occupés par des remplaçants, souvent pour de courtes durées, «venant périodiquement et à grands frais de métropole», souligne-t-elle.
Cette instabilité est due en partie au manque d’attractivité de Mayotte : coût de la vie jugé élevé et insécurité.

L’Etat se défausse sur un CHM en déficit

Pour le rapport, une population de 60.000 à 80.000 personnes est exclue de l’accès aux soins, dont quelque 3.000 enfants isolés (jusqu’à 5.000 selon le conseil général). Car pour bénéficier d’une couverture sociale, il convient désormais d’être affilié à la caisse de sécurité sociale de Mayotte.

CHM AccueilEn conséquence, le CHM est contraint de financer les soins d’une population qui relève normalement de la protection de l’État, par des ressources de l’assurance maladie. Cela réduit «d’autant l’offre de soins hors population étrangère». «Le tiers des 140 M€ de dépenses annuelles» du CHM est «absorbé par la prise en charge des personnes insolvables».

Mais au fur et à mesure que ces dépenses augmentaient, l’État a progressivement réduit l’aide qu’il lui apportait, pour la supprimer intégralement en 2013. Résultat, «le centre hospitalier est désormais en déficit, à hauteur de 2,6 M€ en 2012, et 1,7 M€ en prévision pour 2013. Sans recettes additionnelles, (…) l’ARS devrait imposer un plan de redressement – qui aggraverait encore les défaillances – pour pallier la carence de l’État.

Des solutions

Pour la cour, une solution existerait à Mayotte: la création de maisons de santé pluridisciplinaires et de centres de santé. Mais cette piste «reste en suspens jusqu’à ce que le ministère réunisse les conditions juridiques et financières proposées par l’ARS».

De façon générale, la cour des comptes explique que l’Etat devrait mette en œuvre une “stratégie globale”, qui a pour l’instant cruellement fait défaut. “Pour assurer l’égalité à la santé dans la République, un programme pluriannuel de santé publique pour les outre-mer s’impose”.
Ce rapport est particulièrement cruel mais honnête. Un rapport de plus ?
RR
Le Journal de Mayotte

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139115
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139115
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139115
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139115
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139115
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139115
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...