29.9 C
Dzaoudzi
jeudi 23 mai 2024
AccueilEducationSada demande plus de 11 millions d’euros à l’Etat pour ses écoles

Sada demande plus de 11 millions d’euros à l’Etat pour ses écoles

Anchya Bamana lance un SOS à la ministre de l’Education nationale. Elle chiffre à 11,6 millions d’euros les besoins de Sada pour construire et rénover ses équipements scolaires.

La ville de Sada
La ville de Sada

Qui ne tente rien n’a rien. Voilà un proverbe qui raisonne d’une façon particulière du côté de Sada. Vendredi soir, Anchya Bamana, la maire de l’ouest a envoyé un courrier à Najat Vallaud-Belkacem, la ministre de l’Education nationale pour lui demander pas moins de 11.612.000 euros pour les écoles de sa commune!

Nous savons tous les conditions parfois difficiles dans lesquelles se déroule la scolarité des élèves à Mayotte. Mais Anchya Bamana a voulu connaître précisément la situation à Sada. Dans sa lettre, elle explique à la ministre avoir fait procéder à «un diagnostic complet de toutes les écoles élémentaires et maternelles» de sa commune.

Et les conclusions sont claires : le mobilier est dégradé et les infrastructures sont vétustes. Des gouttières jusqu’aux installations électriques en passant par une plomberie hors d’âge, la maire affirme que les locaux scolaires vont jusqu’à présenter des dangers pour tous ceux qui les utilisent. «J’ai eu à déplorer l’effondrement du faux plafond de l’école élémentaire de Sada 4 en mai 2014», rappelle Anchya Bamana à la ministre, fort heureusement durant un week-end.

Anchya Bamana recevait la ministre de la justice Christiane Taubira à Sada le mardi 14 octobre 2014
Anchya Bamana recevait la ministre de la Justice Christiane Taubira à Sada le mardi 14 octobre 2014

Et pourtant, toutes ces classes fonctionnent car il est impossible de suivre les avis négatifs des commissions de sécurité sous peine de faire classe sous les arbres.

Le chiffrage des travaux

«Il est urgent que l’Etat, pour garantir l’éducation des enfants dans des locaux sécurisés, se mobilise pour procéder à la rénovation de ces écoles afin d’éviter un drame», implore la maire d’autant que c’est dans ce contexte que la commune a dû mettre en place les nouveaux rythmes scolaires… avec 10 classes encore en rotation.

Madame le maire a fait les comptes pour changer la situation. Pour rénover les écoles élémentaires et maternelles, 1.201.491 € seraient nécessaires auxquels il faudrait rajouter la réhabilitation du mobilier scolaire pour un montant de 937.282 €.
Et ce n’est pas tout : pour supprimer les rotations (construction de 10 classes) et installer durablement les nouveaux rythmes scolaires avec des réfectoires, la commune aurait besoin de 7.840.225€ pour les aménagements et de 1.633.000 € pour les équipements.

Anchya Bamana et Roukia Lahadji, les deux femmes maires de Mayotte
Anchya Bamana et Roukia Lahadji, les deux femmes maires de Mayotte

Invitation à Mayotte

Cette demande adressée directement au ministère est une façon de faire un pied de nez à la préfecture où «trois dossiers» ont été déposés par la municipalité, des démarches «non couronnées de succès», indique la maire. Anchya Bamana estime probablement ne pas être payée en retour alors qu’elle rappelle la délibération du conseil municipal en faveur de la dissolution du SMIAM, jusqu’alors chargé de la construction des écoles, selon les vœux de la préfecture.

«Il est de mon devoir de lancer un appel à vous, Madame la Ministre de l’Education nationale et de solliciter l’inscription de ce dossier dans vos préoccupations», conclut la maire qui invite la ministre à Mayotte «pour apprécier les conditions dans lesquelles les règles de droit commun se mettent en place dans ce jeune département, dans le domaine de l’éducation».
RR
Le Journal de Mayotte

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139115
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139115
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139115
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139115
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139115
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139115
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...