28.9 C
Dzaoudzi
lundi 22 avril 2024
AccueilorangeBouénis et Mognés, ensemble pour la supermarche du Mahoraid

Bouénis et Mognés, ensemble pour la supermarche du Mahoraid

Pour la 2e fois, une marche des bouénis est organisée en même temps que le Mahoraid. Les marcheuses et les marcheurs sont partis à 6h30 du BSMA pour relever un défi : venir à bout des 42km du parcours.

Marche des bouénis : les participants motivés avant de partir pour les 42 km ce samedi matin
Marche des bouénis : les participants accompagnés de David Hervé (DJSCS), motivés avant de partir pour les 42 km ce samedi matin

Il est 5h50 au BSMA, à Combani. Alors qu’on annonce le 10e coureur du Mahoraid parti moins de 3 heures plus tôt de Mtsahara, les premières participantes à la marche des bouénis sont déjà là, prêtes à relever le défi. «On l’a déjà fait entièrement l’an dernier et ça nous avait vraiment fait plaisir de réussir. Alors, on recommence !» expliquent Salama, venue de Bambo Est et Sitty de Sada.

Pour la 1ère édition, la marche des bouénis était organisée en relai. Partis de Combani, les marcheurs pouvait effectuer une partie du circuit, en moyenne une bonne dizaine de kilomètres, ou l’intégralité de la marche. Pour la 2e édition, David Hervé de Jeunesse et sport (DJSCS) a choisi de ne proposer qu’un seul circuit complet, 42 kilomètres. «Les relais nécessitent la présence de beaucoup de monde pour la sécurité. En termes de logistique, un parcours unique est plus simple à organiser. Et on très fier de cette 2 édition !» explique-t-il, quelques minutes avant de s’élancer.

Salama et Sitty se sont mis à la marche et au fitness depuis 2 ans
Salama et Sitty se sont mis à la marche et au fitness depuis 2 ans

«On marche tous les samedis, environ 4 heures, et on participe aux séances de fitness, deux fois par semaine. Du coup, cette année, on est bien préparées», explique Sitty. «En marchant tous les week-end, ça nous permet de bien connaître le parcours. On le fait par petites portions régulièrement.»

L’encouragement des maris

«Le sport santé et le sport féminin sont deux priorités en matière de politique sportive à Mayotte», rappelle David Hervé. «En février, on a organisé une marche des cocos à Chiconi. Elles étaient 150 au départ et… 250 à l’arrivée. L’événement était organisé en partenariat avec REDECA, pour le dépistage du cancer du col de l’utérus. Résultat, en mars, le nombre d’examens a été multiplié par deux par rapport à d’habitude», s’enthousiasme David Hervé.

Un seul parcours cette année et des conditions météo a priori clémentes
Un seul parcours cette année et des conditions météo a priori clémentes

Salama et Sitty ont la chance d’être encouragées par leur mari. «Ils ont compris que c’est important qu’on bouge», explique la première tandis que la seconde est marié à un sportif, qui est toujours bienveillant quand son épouse relève de tels défis. «C’est un ancien footballeur et tous les matins, il fait une heure de footing avant de partir au travail. Il est avec moi !»

Alors que la pratique sportive est souvent nouvelle pour les femmes de Mayotte, les deux marcheuses sont aussi poussées par leurs copines, admiratives de leur volonté. «L’an dernier, on est parties à 7h et on est arrivée à 18h45… On s’est impressionnées nous-mêmes !» reconnaît Salama.

Yann et Mohamed vont découvrir le Mont Bénara à l'occasion de cette marche, avec une certaine appréhension
Yann et Mohamed vont découvrir le Mont Bénara à l’occasion de cette marche, avec une certaine appréhension

Les mognés aussi

Impressionnés aussi, les hommes qui s’apprêtent à marcher avec elles ce samedi. Car la marche des bouénis est aussi ouverte aux mognés. Sitty a ainsi convaincu un de ses cousins de se joindre à l’épreuve. «Je faisais beaucoup de sport en métropole, à l’armée», explique Mohamed. «Mais ici, je n’ai par exemple jamais fait le Mont Bénara, je vais le découvrir». Même chose pour Yann, venu lui aussi de Sada. Le jeune homme est en bonne condition physique, mais il n’est pas si confiant avant le départ : «Ce n’est pas le dénivelé qui me fait peur. C’est plutôt la distance, les 42 km. Je veux savoir si je peux terminer, c’est mon seul objectif : arriver au bout.»

La dizaine de participant(e)s a démarré à 6h30 du BSMA, avec comme défi d’arriver aux ravitaillements à des heures données : 9h à Tsararano, 12h à Miréréni, 14h à Mtsamoudou, 16h à Choungui et 18h30 à Mzouazia, sur la ligne d’arrivée. De quoi en impressionner une nouvelle fois, plus d’une et plus d’un !
RR
Le Journal de Mayotte

C'est parti, pour une épreuve de 10 heures !
C’est parti, pour une épreuve de 10 heures !

 

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139115
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139115
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139115
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139115
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139115
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139115
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...